Wauquiez au bal des girouettes

Communiqué du Groupe Front National au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Ce lundi 9 mai 2016, Laurent WAUQUIEZ a été élu président d’un réseau de quatre grandes régions européennes : Auvergne-Rhône-Alpes évidemment, mais aussi Bade-Wurtemberg, Catalogne et Lombardie. On soulignera au passage que c’est une bien lourde responsabilité qui incombe à celui qui peine déjà à assurer la fusion entre l’Auvergne et Rhône-Alpes.

A la tête de cette « bande des Quatre », Laurent WAUQUIEZ entend bien jouer la carte des Régions et de l’Europe contre celle de la Nation. Exit donc l’entité nationale pour faire contrepoids aux instances européennes, et bienvenue dans la collaboration des hyper-régions avec les technostructures européennes. Laurent WAUQUIEZ ambitionne d’ailleurs de conduire une délégation de ces quatre Régions à Bruxelles avant la fin de l’année 2016.

Laurent WAUQUIEZ avait pourtant laissé entendre, avant sa campagne régionale comme pendant celle-ci, à quel point il était sceptique vis-à-vis de l’Europe :

« Europe, il faut tout changer » (Titre du livre de Laurent Wauquiez, paru en avril 2014 aux éditions Odile Jacob).

Le Conseil européen ? « une tribu de lémuriens » (Propos tenus lors de la présentation de son livre à la Closerie des Lilas à Paris le 10/04/2014).

La Commission européenne ? « un tapir qui se regarde le nombril » (ibid.)

Erasmus ? « une arnaque » (ibid.)

L’espace Schengen ? « il faut en sortir » (ibid.)

Et puis pêle-mêle, les déclarations de va-t-en guerre dont Laurent WAUQUIEZ le nouvel émule d’Edgar FAURE en matière de « girouettisme » politique a le secret :

« J’appartiens à cette génération qui ne demande qu’à croire à l’Europe et qui en grandissant découvre un paysage de ruines et ne comprend plus où en sont les rêves avec lesquels on a bercé son enfance. » (Laurent WAUQUIEZ, Europe : il faut tout changer, Paris : éd. Odile Jacob, 2014, page 11).

« Oui, nous avons besoin d’Europe, mais pas de cette Europe-là. (…) Au fond, on a renoncé à toute forme de liberté de pensée. Je réclame ce sursaut de lucidité qui doit permettre à des pro-européens de dire que ce n’est plus possible. Europe, oui, tout doit changer. » (ibid.)

« Il y a un espace pour un protectionnisme moderne, (…) L’Europe aborde aujourd’hui le libre-échange avec naïveté, là ou nos partenaires défendent fortement leurs intérêts. (…) » (Laurent Wauquiez pour un protectionnisme moderne, Le Monde, 17/12/2011).

« On fait un référendum sur le traité constitutionnel européen. Les Français répondent non. La réalité c’est que l’on met quand même en œuvre la quasi-totalité du traité constitutionnel » (Propos tenus sur France 2 le 07/12/2015).

Vous pourriez aussi aimer