On n’arrête pas un 19 tonnes avec un “taser”.

Communiqué de Jean Capasso, Conseiller municipal FN d’Annemasse, Conseiller d’agglomération.

Après l’attentat de Nice, Les syndicats de police dénoncent «l’irresponsabilité» des élus et des politiques.

Le choix de l’armement revient à chaque maire qui demande l’autorisation du port d’armes pour chacun de ses agents, de façon individuelle. Une arme coûte autour de 800 euros, c’est dérisoire à l’échelle d’une commune comme Annemasse. En plus des armes, les policiers peuvent être équipés de gilets pare-balles.

Lors d’une réunion de la Commission Consultative des Polices Municipales (CCPM) en février dernier, Bernard Cazeneuve assurait que quelque 8626 gilets avaient « déjà été co-financés au profit de 1583 communes réparties dans 92 départements, pour un montant total supérieur à 2 millions d’euros ». Annemasse est en Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP), et le curseur de la délinquance augmente de façon exponentiel, nous en sommes “aux sauvageons”.

Déjà aux municipales de 2014, je soulignais cette recrudescence d’insécurité comme on le voit dans cette vidéo.

Pour Annemasse Bleu Marine, les questions économiques ne sont en fait pas le centre du problème. En réalité, c’est une question politique. Ne pas armer sa police, relève de l’irresponsabilité.

 

Vous pourriez aussi aimer