Migrants : la France ouvre les vannes

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Bernard Cazeneuve a annoncé la semaine dernière que la France accueillera 400 migrants supplémentaires chaque mois, en application de l’accord européen de répartition signé l’été dernier. Cette mesure vise essentiellement à désengorger la Grèce, par laquelle ont transité quelques 885 000 migrants en 2015[1].

Le Président Juncker l’a rappelé : les communes françaises seront en première ligne de cette politique[2]. Déjà frappées par les coupes drastiques des dotations de l’État, elles supporteront en plus les conséquences d’une submersion migratoire dont le poids sur les dépenses publiques est désormais avéré.

Alors que ses propres budgets sont exsangues, l’Union européenne démontre l’impasse de sa stratégie immigrationniste à marche forcée. Le Front National rappelle que l’immigration relève de la souveraineté des États membres, et rejette par conséquent toute répartition européenne des migrants. Une gestion de la crise migratoire en amont, en partenariat avec les pays de départ des clandestins, doit être privilégiée.

[1] Chiffres de l’Agence européenne Frontex : http://frontex.europa.eu/trends-and-routes/eastern-mediterranean-route/.

[2] Discours du Président Juncker au Congrès des Maires de France, mardi 31 mai 2016 : http://europa.eu/rapid/press-release_SPEECH-16-2013_fr.htm.

 

Vous pourriez aussi aimer