Migrants clandestins : le Beaujolais touché à son tour

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe FN au Conseil Régional Auvergne – Rhône-Alpes

Une centaine de migrants clandestins issus de l’ex-jungle de Calais ont été répartis, sans concertation ni information, dans le département du Rhône par le Préfet. L’Etat continue ainsi à imposer ses choix aux communes et aux habitants dans la plus grande opacité.

Première victime en date de ce caporalisme d’Etat dans le Beaujolais, la commune de Châtillon d’Azergues où, hier, sont arrivés 36 jeunes hommes présentés comme des mineurs isolés (mais qu’en sait-on puisque la plupart sont sans papier). Ils y seront hébergés dans des conditions matérielles bien meilleures que celles que connaissent bon nombre de nos compatriotes confrontés au chômage de masse, à la précarité, à la pauvreté.

Ces hommes sont des migrants. C’est au Royaume-Uni qu’ils souhaitent se rendre. Pas en France. Et on peut se demander quelle sont les arrière-pensées des pouvoirs publics et de certaines associations à vouloir absolument retenir ces populations sur notre sol alors que c’est de l’autre côté de la Manche qu’elles souhaitent se rendre.

Ce nouveau diktat n’est pas une bonne nouvelle pour nos compatriotes du Beaujolais. Le Front National encourage les habitants à exiger plus de transparence et de dialogue de la part du Préfet, et à être systématiquement informé des projets d’accueil et d’installation des migrants sur le territoire de leur commune.

Vous pourriez aussi aimer