L’Union européenne a détruit le transport routier français : 21 000 emplois.

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Les camionneurs ont eu raison de faire grève ! Depuis 1999, 21 000 emplois français ont été détruits[1] dans le secteur du transport. Ce secteur, c’est 3 millions de personnes en Europe. Or,  la part des Français dans le marché européen est passée de 50 à 10%[2]. Vous le voyez bien sur nos autoroutes : plus aucune plaque d’immatriculation nationale ! Et pourtant nos travailleurs sont à domicile puisque seulement 15%[3] des entreprises de transport françaises s’exportent à l’international.

Quelles sont les causes de ces pertes d’emplois ? Il y en a essentiellement deux : les travailleurs détachés et le cabotage ! Même la Commission a avoué que ce dernier était un faux nez de la concurrence déloyale. Le salaire brut moyen d’un camionneur s’échelonne de 300 à 3 300 euros[4]. Cette trop grande différence (de 3000 euros !) suffit objectivement à démontrer cette concurrence déloyale, cette escroquerie organisée !

Plusieurs partis, sous la pression du Front National, ont reconnu qu’il fallait revenir en arrière. Aussi, nous avons déposé aujourd’hui plusieurs amendements : interdire le cabotage pour les camions étrangers, et imposer un retour hebdomadaire du conducteur à son lieu de résidence. Par ailleurs, il faut des sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas les normes sanitaires, sécuritaires, environnementales et le bien-être animal. En effet, sur 100 camions contrôlés, 30 sont en infractions ! Les forces de l’ordre doivent pouvoir bloquer, le cas échéant, les camions délictueux.

 

[1] http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/01/20/09005-20150120ARTFIG00257-le-routier-francais-en-voie-de-disparition.php

2 Idem.

3 http://www.fntr.fr/espace-documentaire/chiffres-cles/les-chiffres-noirs-du-trm-francais

4 « Comparatif des conditions d’emploi et de rémunération des conducteurs routiers internationaux en Europe », Comité national routier (CNR), 16 novembre 2016.

Vous pourriez aussi aimer