La fin des CDDRA, ou la mort d’une usine à gaz régionale

Communiqué du Groupe Front National au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Pour accompagner chaque bassin de vie et d’emploi, selon ses spécificités, le Conseil régional Rhône-Alpes avait mis en œuvre des Contrats de Développement Durable de Rhône-Alpes, les CDDRA. Les acteurs locaux, élus et représentants de la société civile, étaient ainsi invités à se fédérer pour déterminer ensemble un projet de territoire centré sur les grands enjeux locaux et les priorités de la Région. Voilà sur le principe ce qu’étaient les CDDRA. Une usine à gaz, « citoyenne, participative, solidaire et inscrite dans une perspective de développement durable » dans laquelle un emballage idéologique partisan tenait lieu d’aménagement du territoire, et qui obligeait les collectivités intéressées, pour en bénéficier, à créer des postes budgétaires qui venaient artificiellement grossir leurs dépenses de fonctionnement.

L’Assemblée régionale y a mis un terme jeudi 14 avril, et le Front National s’en félicite.

Pour autant, les usines à gaz ont la vie dure… C’est ainsi que la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République), voulue et votée par les socialistes, impose aux Régions un devoir d’aménagement des territoires, ce qui en soit n’est pas choquant, mais dans un cadre tel qui va à l’encontre des intérêts des petites communes et de la survie de la ruralité.

Incitées à fusionner, obligées de se fondre dans des intercommunalités de plus en plus politisées, effacées progressivement des instances décisionnelles des Communautés de communes, les communes rurales sont inquiètes, à juste titre des conséquences de la loi NOTRe.

Une de ces conséquences se traduit par l’obligation faite à la Région de développer des outils d’aménagement du territoire avec les seules intercommunalités comme interlocutrices.

« La loi NOTRe est un naufrage. Cette réforme porte l’échec et le renoncement de l’aménagement du territoire. C’est un débat qui n’a jamais eu lieu. Les nouvelles formes d’organisation territoriale, dès lors qu’elles sont obligatoires et non voulues par les territoires, sont vouées à l’échec » indiquait le 19 mars dernier le Président de l’Association des Maires Ruraux de France.

Le Front National entend se ranger résolument derrière les communes rurales et réaffirme son souci de la défense de la ruralité. Plus largement, le Front National dénonce avec force la disparition programmée de cet échelon administratif et institutionnel de proximité que constitue la commune. En s’en prenant ainsi aux communes en général et aux communes rurales en particulier, les cumulards d’agglomérations, les technocrates, les apparatchiks de parti, dépositaires d’une vision qui méconnaît et néglige sans vergogne le monde rural, s’en prennent à la cellule de base de notre démocratie française.

Vous pourriez aussi aimer