Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

CETA, cheval de Troie du TTIP et du TAFTA

Dominique Martin partage le scepticisme du rapporteur, Monsieur Pirinski, qui explique que « bien que le résultat final du CETA soit la création d’emplois décents, l’augmentation équilibrée des salaires et l’élargissement des possibilités d’entreprenariat, les données[1] (…) indiquent au mieux des augmentations[2] pour l’emploi (…) ne dépassant pas 0.018% ».

Dominique Martin dénonce aussi le fait que l’accord augmente les écarts de revenus entre travailleurs non qualifiés et travailleurs qualifiés, creusant les inégalités et aggravant les tensions sociales. Par ailleurs, il explique que l’accord ne soutient pas les 21 millions de PME européennes mais, une fois de plus, les multinationales nord-américaines.

De plus, des études récentes prévoient une augmentation du chômage longue durée et des pertes d’emplois réels : 45 000 pour la France ! Dominique Martin invite donc, comme le rapporteur, à voter contre ce texte.

[1] Données empiriques fondées sur des modèles réels.

[2] Augmentation marginales, dans l’UE.

Vous pourriez aussi aimer