Gens du voyage : et si on appliquait la loi ?

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller communautaire

Il manquerait 15 places d’accueil pour les gens du voyage sur le territoire de la 2CCAM. L’argument pour les réaliser de toute urgence est que c’est une obligation légale, sous peine de ne pouvoir obtenir une expulsion. Tel était d’ailleurs mon discours pendant longtemps : investissons dans ces aires d’accueil, et nous aurons la garantie d’être assistés en cas de comportement illégal.

Malheureusement, pour que cette règle s’applique, il faut :

  • que les communautés de communes construisent les aires ;
  • que les gens du voyage les respectent et se conforment aux instructions ;
  • que le Préfet applique la loi quand elle est violée.

Or ces derniers mois, on a vu la cruelle inaction des services de l’État. Les aires existent bien et sont aux normes, mais les gens du voyage ne respectent pas les instructions qui leur sont données, et s’installent illégalement où ils le souhaitent. Le Préfet, quant à lui, prétend qu’il ne peut donner l’ordre d’expulsion sans trouble à l’ordre public, et encore, après négociation avec les délinquants :

  • Comme si l’occupation illégale d’une propriété ne constituait pas un trouble à l’ordre public !
  • Comme si le refus d’obéir à la loi ne constituait pas une infraction !

Les contribuables paient donc 3 fois : une fois pour réaliser les aires d’accueil, une fois en subissant l’invasion des terrains publics ou privés, et une dernière fois pour la remise en état des équipements saccagés.

Le Front National rappelle à l’État qu’il ne peut demander l’application de la loi sans la respecter au premier chef. Nous exigeons donc du Préfet l’expulsion immédiate des gens du voyage occupant illégalement des terrains, sans négociation, ainsi que la saisie des véhicules constituant l’infraction. L’application de ces mesures légales, simples et de bon sens, accompagnées d’une large publicité préalable, devrait suffire à rendre la tranquillité aux haut-savoyards injustement privés de la protection de la loi.

Vous pourriez aussi aimer