Fuite des cerveaux : les étrangers à la rescousse

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Une étude du Conseil d’Analyse Économique, publiée cette semaine, souligne l’exode des talents français. Avec 3.5 millions de Français à l’étranger en 2013, le taux d’émigration a doublé de 1980 à 2010.

Ces expatriés sont plus qualifiés que les résidents français et, pour 75% d’entre eux, en âge de travailler[1]. Parmi les diplômés 2013, 15% se sont expatriés. Selon le baromètre Deloitte 2015, 21% des jeunes diplômés placent leur avenir professionnel hors de France et 65% des jeunes expatriés excluent tout retour. L’allongement de la durée de séjour confirme cette tendance: 29% des expatriés le sont depuis plus de dix ans en 2013, contre 15.9% en 2008. Pour compenser cette saignée démographique, l’étude préconise une immigration accrue. Compte tenu du solde migratoire de diplômés du supérieur déficitaire avec les pays développés, celle-ci proviendrait de pays en développement.

Le Front National dénonce ces appels cyniques au remplacement de nos forces vives par l’immigration et exige l’instauration d’une priorité nationale à l’emploi face à l’explosion du chômage des jeunes.

[1] Tranche 25-64 ans (population de plus de 15 ans). Année 2010-2011. Différence avec les émigrés allemands/britanniques : proportion de retraités importante.

Vous pourriez aussi aimer