Dominique Martin exerce son droit de réponse dans le Dauphiné libéré

Cluses, le 21 mai 2019

Monsieur le Directeur de la Publication,

Dans votre édition du Dauphiné Libéré du 16 courant, en page Cluses, vous avez fait paraître un article intitulé « Dominique Martin : 30 ans de mandat et puis s’en va« , également publié sur votre site internet et par messagerie électronique intitulée « ledauphine.com : L’édition du Soir » du 15 courant.
Cet article porte atteinte à ma personne et contient des inexactitudes dans toute sa longueur, en particulier le passage « Bien que n’ayant jamais eu sa langue dans sa poche, avec une répartie et un répondant aussi corrosif que métaphorique, fâché, il n’a pas souhaité répondre à nos questions concernant ce départ. Alors que les rumeurs vont bon train et qu’il n’est pas éligible sur la liste des Européennes (en 77è position)« , et les commentaires des élus représentant les groupes municipaux d’opposition.
C’est pourquoi je vous demande, et au besoin vous requiers, de faire paraître, dans les délais (art. 13 aliéna 8) et les conditions d’emplacement et de typographie prévues à l’article 13 de la Loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, aussi bien dans votre édition papier que sur internet et dans « ledauphine.com : L’édition du Soir« , le droit de réponse suivant.

– DÉBUT DU DROIT DE RÉPONSE –

Selon le Dauphiné, fâché, j’aurais refusé de répondre à ses questions. En réalité, M. Julien Estrangin, Directeur départemental du Dauphiné, a refusé de me rencontrer (échanges de SMS à l’appui et communiqué non publié en réponse). Comme régulièrement il écarte nos autres communiqués (statistiques à l’appui) et ne couvre pas nos réunions publiques. Que les lecteurs en tirent toutes les conclusions.

– FIN DU DROIT DE RÉPONSE –

Dans cette attente, je vous prie de croire, M. le Directeur de la Publication, en l’expression de mes salutations distinguées.

Dominique Martin
Député européen

Le Dauphiné Enchaîné ou la malhonnêteté journalistique à son comble

Communiqué de Dominique Martin, Député européen RN/ENL, Conseiller municipal de Cluses démissionnaire

Le Dauphiné de ce jour commet un article au prétexte de ma démission du Conseil municipal de Cluses. Me prétendant extrémiste, le journaliste ajoute que, « fâché, [je n’aurais] pas souhaité répondre à [leurs] questions« . Plus loin, que le RN serait « en berne« , et enfin, que Lucie Hugard serait seule élue RN et n’aurait « pas souhaité s’exprimer« , avant de suggérer que je ne repartirais pas aux européennes suite à un « amour consommé » avec Marine Le Pen.

La vérité est bien entendu tout autre. À l’issue d’un entretien en tête à tête avec un vrai journaliste sérieux, j’ai reçu un appel du Dauphiné et répondu que j’apprécierais un minimum de courtoisie et d’égards pour un Député européen, en l’espèce un entretien en tête à tête avec le directeur de l’antenne départementale, M. Estrangin, dont la morgue et l’hostilité contre les Nationaux depuis des années ne sont plus à démontrer. Je pourrai produire des échanges de courriels et de SMS, de même que des statistiques des articles politiques parus. Lucie Hugard, qui n’est pas seule puisqu’elle siégeait à mes côtés avec Catherine Dardenne, n’a jamais rien refusé, puisque la conscience journalistique du Dauphiné s’est bornée à lui laisser un vague message sur son répondeur téléphonique. Quant aux prochaines européennes, le Dauphiné suggèrerait-il que seuls les tout premiers de liste sont « partants« , les autres ne faisant que de la figuration, en particulier ceux occupant les places d’honneur ? Mais c’est moi qui manque de « raffinement » !

Au passage, parmi les critiques de mes adversaires politiques, M. Fongeallaz est égal à lui-même depuis qu’il jardine, tandis que je remercie M. le Maire de la correction et de la délicatesse dont il fait une nouvelle fois preuve, comme toujours depuis son élection.

Ce tissu de mensonges, d’approximations, de contre-vérités et de prises de position politiques est hélas la ligne éditoriale quotidienne de ce qui est couramment appelé le « Daubé ». Alors que la presse souffre d’une désaffection croissante de ses lecteurs, M. Estrangin ne veut pas voir que plus les électeurs Nationaux se sentent insultés et méprisés par sa feuille, moins ils sont prêts à l’acheter. Mais plus que tout, la bassesse et l’inanité de ses attaques politiciennes de pseudo-journalistes seront démontrées par les résultats de la liste RN aux prochaines élections municipales.

 

Le Dauphiné – 16/5/19