Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

Carte européenne de services : ça suffit !

Même les « bien-pensants » européens sont sceptiques !

Dominique Martin est à nouveau intervenu en Commission Emploi et affaires sociales s’agissant de la carte électronique européenne des services. Après avoir expliqué les dangers d’une telle carte (faux travailleurs indépendants, dumping social ou encore limitation de la compétence des pouvoirs souverains), il a fait le constat d’une quasi-unanimité de rejet de la part des acteurs. Il faut abandonner cette ineptie !

  1. Madame Harkin, Rapporteur, montre son scepticisme…
  2. La Commission a convenu que ce dossier était mal ficelé.
  3. Les Parlements autrichien et allemand dénoncent les problèmes de subsidiarité et de proportionnalité.
  4. Les autorités françaises (le Secrétariat général des affaires européennes) critique vivement ce projet.
  5. Même le groupe socialiste S&D est raccord : il faut renvoyer le texte devant la Commission !

 

Vincent Lecaillon, Conseiller régional, demande plus de nouveaux lycées pour la Haute-Savoie

SESSION PLÉNIÈRE DU CONSEIL REGIONAL
AUVERGNE RHÔNE-ALPES
29 et 30 novembre 2017

QUESTION ORALE DU GROUPE FRONT NATIONAL
Concernant le « Plan Marshall pour nos lycées »

 

Monsieur le Président,

Tout d’abord, si l’on se penche un peu plus précisément sur votre « Plan Marshall pour nos lycées» de 1,5 milliard d’euros, gagés pour les 6 ans de votre mandature nous constatons que :
1- Votre PPI correspond à un investissement moyen de 250 millions/an, soit comparé, aux 230 millions annuels engagés entre 2005 et 2015, une augmentation de 8,7% seulement.
2- Votre PPI intègre les dépenses d’opérations de maintenance, de moins de 3 millions d’euros, ce qui n’était pas le cas du précédent PPI de Rhône-Alpes. Ce qui, de facto, contribue à l’augmentation totale de la somme budgétée sans que cela corresponde exactement à un effort équivalent.d’investissement.supplémentaire. 3-Le PPI précédent a été gelé depuis le début de votre mandat, et tous les investissements et opérations de restructuration prévus dans les établissements pour 2016 et 2017, ont été mis sous le boisseau pour vous permettre d’affecter les sommes ainsi économisées sur le 1,5 milliard d’euros de votre PPI.
Tout cela relativise donc fortement l’effort budgétaire que vous prétendez réaliser dans le cadre de votre « Plan Marshall pour nos lycées »

Mais s’il n’y avait que cela! En effet, dans l’enveloppe de 1,5 milliard d’euros, 500 millions sont affectés au «plan exceptionnel d’investissement» visant à la construction de 4 nouveaux établissements, à la restructuration-fusion de 2 anciens lycées sur Clermont-Ferrand et à l’extension des capacités d’accueil des établissements existants sur la région!
Or, il s’avère que les projections démographiques montrent que de 2015 à 2025, notre réseau d’établissements se voit déjà et se verra confronté à l’accueil de plus de 22000 lycéens supplémentaires… Or, cela correspond à un besoin supplémentaire, non de 4 établissements et de quelques agrandissements ou installations de préfabriqués, mais d’une dizaine de très gros lycées (ou «équivalents-lycée ») supplémentaires! Rien que sur la Haute-Savoie, vous n’avez prévu la construction que d’un seul établissement dans le secteur d’Annemasse-Thonon, alors que les bassins de Saint-Julien et d’Annecy présentent déjà d’inquiétants signes de saturation, qui n’iront qu’en s’amplifiant et qui ne seront certainement pas résolus par l’ajout de quelques préfabriqués supplémentaires.

Monsieur le Président, le groupe Front National vous pose donc la question de savoir si votre exécutif et vous-même avez réalisé que l’effort consenti, sur les 6 ans de votre mandat, en termes d’investissement exceptionnel de rattrapage est INSUFFISANT et si vous êtes bien conscients que les capacités d’accueil offertes par notre réseau de lycées, même en tenant compte de ce nouveau PPI, finalement pas si exceptionnel que cela, ne seront jamais suffisantes pour absorber le nombre croissant de lycéens au terme de la décennie à venir; de façon à ce que l’on ne puisse dire dans 10 ans que le « Plan Marshall » du président Wauquiez, n’était au final qu’un pauvre plan COMECON ?

Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

Protéger nos PMI-PME contre la mondialisation : une priorité en France !

Madame Ulvskog jette l’éponge : « on ne peut plus lutter contre la mondialisation ».

Monsieur Martin est intervenu en Commission Emploi et affaires sociales sur l’avenir de l’industrie manufacturière en Europe. Il remercie la présence des experts mais dénonce la mondialisation qui irrigue l’ensemble du texte. La mondialisation, il le rappelle, « c’est faire fabriquer à des esclaves de pays lowcost pour vendre aux chômeurs de pays européens dits développés ».

Les PMI-PME représentent 90% des emplois salariés et si la France a perdu 3 millions d’emplois depuis la crise, c’est justement sur une doctrine de fond de l’UE : la concurrence libre et non faussée. Comment protéger nos PMI-PME ? Notre marché intérieur ?

Contrairement à ce que soutient Madame Ulvskog, Dominique Martin est né dans les années 60 et rappelle qu’à cette époque, les honnêtes gens pouvaient se loger…

 

Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

Carte européenne de services :

je défends les artisans et indépendants français en Commission.

 

S’il reconnaît, bien entendu, que vouloir simplifier la complexité administrative est une bonne résolution, il critique sévèrement plusieurs points :

  1. la volonté toujours plus absolutiste de développer le marché unique ;
  2. les risques inhérents à cette carte : dumping social et faux travailleurs indépendants ;
  3. le cadre juridique laxiste prévue par la Commission : renouvellement automatique et illimité de la carte et simple amende en cas de falsifications.

 

Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

Développement des compétences et emploi : apprentissages, stages et volontariats

Bien sûr qu’il faut rémunérer les stagiaires diplômés !

Dominique Martin est intervenu en Commission Emploi et Affaires sociales au sujet du développement des compétences. Il se félicite de la volonté exprimée de conserver ces modalités, points d’entrée efficace dans le monde du travail. Il rappelle qu’il y a des pistes à suivre dans ce domaine pour lutter contre le chômage des jeunes.

En revanche, il critique l’amalgame fait entre l’apprentissage, c’est à dire la transmission d’un savoir, et le stage, application des savoirs déjà reçus. Par ailleurs, concernant la rémunération, Dominique Martin appelle à rémunérer les stagiaires déjà diplômés.