Payez plus, c’est pour la planète !!!

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal de Cluses

Lors du conseil municipal de Cluses, hier au soir, M. Mivel a fait approuver deux dossiers qui coûteront cher, mais « c’est pour la planète »…

En premier lieu, il signé une charte « zéro phyto » pour l’entretien des espaces verts.

Fort bien. Mais cette charte permettra de financer la FRAPNA, à qui même M. Wauquiez a décidé de couper les vivres, après des décennies d’alerte par les élus FN. Il faudra en effet financer quantité de logos, panneaux, diagnostics, animations, animateurs, journées de communication et autres plaquettes.

Les élus FN ont, seuls, refusé ces subventions déguisées, alors qu’il est si simple d’entretenir la nature sainement sans avoir besoin de toute cette débauche de communication.

En second lieu, M. Mivel a proposé l’installation de nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques par le SYANE.

Or ces bornes coûtent chaque année à la Ville une « subvention d’équilibre ». Les utilisateurs sont facturés à la durée, et non à l’énergie récupérée, ce qui est contraire au bon sens. En plus, ils sont  incités à prendre un abonnement, comme s’il fallait une carte pour se servir chez Total ou Shell ! Enfin, une seule heure de recharge coûte plus qu’une nuit de charge à domicile !

Les élus FN ont dénoncé cette opacité et ces coûts, qui ne peuvent que freiner le développement de la mobilité électrique. En effet, il faut que le changement soit transparent pour l’utilisateur.

Ces mesures sont-elles vraiment bonnes pour la planète, ou pour la communication du maire ?

Bien loin des effets d’annonce et du battage publicitaire, les élus FN défendent, pour leur part, des mesures simples, efficaces, bonnes à la fois pour l’environnement et pour les finances tant publiques que privées.

 

Le Dauphiné 22/6/17

Stationnement payant : ce qu’on vous cache

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal de Cluses

Le maire de Cluses, M. Mivel, a décidé de sous-traiter les PV de stationnement. D’ailleurs, on ne dira plus « procès-verbal », mais « forfait post-stationnement ». Voilà qui devrait soulager les porte-feuilles !

Malheureusement, ce traitement sera sous-traité à une société privée, ATOS, spécialisée dans le Big data, c’est-à-dire la collecte, le recoupement, le traitement et la revente d’informations. En mars 2014, l’Inspection Générale de l’Administration dénonçait les prix élevés de cette entreprise, grâce à une rente de situation, et craignait corruption, concussion et prévarication. Il faut dire que le PDG d’ATOS, depuis sa sortie du Ministère de l’Économie, s’appelle Thierry Breton. On reste entre amis !

Les élus FN ont bien évidemment été les seuls à s’opposer à la participation de la commune à une telle opération de financement d’une entreprise douteuse. Nous préférons défendre le service public, plutôt que de confier l’intégralité de nos vies à des entreprises privées.

 

Le Dauphiné 22/6/17

Cluses : ne pas faire, et le faire savoir

Communiqué de Dominique MARTIN, conseiller municipal de Cluses

L’ordre du jour du conseil municipal du 20 juin comprend un point sur « l’objectif zéro phyto » pour l’entretien des espaces publics.
Bien entendu, le FN en tête, chacun se félicitera du fait que l’on renonce enfin à déverser quantité de produits chimiques dans la nature.

Mais une fois de plus, M. Mivel montre qu’il se contente de laisser prospérer des initiatives privées, ou d’aller dans le sens de la mode du moment. Selon l’adage, ces événements le dépassant, il feint d’en être l’organisateur.
Par ailleurs, en signant une charte, il va contraindre la commune, en la liant avec des associations en perdition.

Je déplore le manque d’ambition pour notre ville de cette politique consistant systématiquement à se mettre à la remorque du temps. Cluses et les Clusiens méritent une vraie ambition pour un renouveau de notre ville.

La Ministre des Affaires européennes reconnaît que les réponses de la Commission n’apportent souvent aucune information aux parlementaires !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Quand elle parle de Bruxelles aux parisiens, Marielle de Sarnez monte sur ses grands chevaux volants. Pourtant à Strasbourg, elle tient un autre discours.

Député européenne depuis 1999, elle a eu le temps de déguster les dérives de ce système pendant 4 mandats. Avec 246 députés, la Ministre des Affaires européennes a reconnu le 3 avril 2017 que « malheureusement les réponses de la Commission n’apportent souvent aucune information aux questions posées par les parlementaires ». Des « réponses très douteuses[1] » à des questions qui dérangeaient même Marielle de Sarnez : citoyenneté de l’Union européenne à vendre ; distorsions de concurrence affectant le textile.

Ces éveils furent passagers. Européenne comme un pinson, elle refuse de faire partie de notre cauchemar périphérique. Sa dernière question au Parlement européen le 27 mars 2017 concernait le conflit entre les ethnies Dinka au Soudan du Sud. L’Afrique au Parlement européen… un symbole pour les Français et les européens du quotidien.

L’issue de ce combat, nous la connaissons. Les gardiens de la limite prendront le pouvoir pour sortir l’Europe du vide.

 

 

[1] Mots utilisés par le représentant allemand du PPE Daniel Caspary lors du débat du 3 avril.

CLUSES : APRÈS NOUS, LE DÉLUGE !

Communiqué de Dominique MARTIN, conseiller municipal de Cluses
Peu après le triste examen du compte administratif, ce 13 juin, M. Mivel a soumis au Conseil municipal un budget supplémentaire.
Rappelons que, en décembre, lors du vote du budget primitif, il déclarait “malgré la baisse importante des recettes de dotations, la nouvelle (?) municipalité reconduit cette année le maintien des taux de fiscalité, la priorité étant mise sur l’effort de rationalisation des dépenses pour contenir la baisse de l’autofinancement.1
En conséquence, les dépenses d’investissement ne s’élevaient qu’à 7,6M€2, pour un budget total de 33,6M€.Ce 13 juin, M. Mivel a tout simplement demandé d’ajouter 7,3 M€ de dépenses d’investissement3.
La tactique est donc claire : présenter un budget “resserré” en fin d’année, afin de montrer sa volonté d’économie, puis, 6 mois après, rapidement et sans publicité, pour ne pas dire en catimini, doubler les dépenses.Seuls les élus du groupe FN ont voté contre cette augmentation faramineuse des dépenses qui pèseront sur l’ensemble des Clusiens.

1 Budget primitif 2017, rapport au conseil municipal du 13/12/2016, p. 5 – Les éléments en gras sont d’origine
2 idem, p. 17
3 Budget supplémentaire 2017, rapport au conseil municipal du 13/6/2017, p. 3