« L’Europe » islamique en marche à Bruxelles.

Communiqué de Dominique Martin, Député français RN/ENL au Parlement européen

D’après la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) : « …la poursuite par l’employeur, dans ses relations avec ses partenaires, d’une politique de neutralité politique, philosophique ainsi que religieuse est un objectif légitime[1] ».

Pourtant, quand un député français du Rassemblement national questionne la Commission de Bruxelles sur certaines puéricultrices des crèches de la Commission portant le voile islamique, la Commission et son administration ignorent le problème, et affirme la liberté d’expression et de non-discrimination de son personnel[2]. Aucune interdiction du voile islamique au travail ni de tout autre signe ostentatoire pour les fonctionnaires ne figurera dans le règlement intérieur de la Commission ni demain, ni après demain. Au contraire, la Commission interprète ce jugement comme favorable au voile islamique au travail. Le jour n’est pas loin où la Commission voudra poursuivre la France pour qu’elle retire sa loi sur l’interdiction du voile en France. Déjà les alliés de Mélenchon et des verts au Parlement européen le demandent.

A l’école, dans l’administration, de Berlin[3] à Paris, de nombreux États européens ont fait le choix de la neutralité dans l’administration et les écoles. Ne laissons pas l’administration de la Commission nous forcer à remettre en cause notre laicité.

 

[1] Arrêt du 14 mars 2017 sur le port du voile
http://curia.europa.eu/juris/document/document.jsf;jsessionid=9ea7d0f130dacebdf423bd154e01af1ccc60c86325c8.e34KaxiLc3eQc40LaxqMbN4Pb3mLe0?text=&docid=190671&pageIndex=0&doclang=FR&mode=req&dir=&occ=first&part=1&cid=402239

[2] « La question du port de signes religieux sur le lieu du travail doit être appréciée au regard de l’article 1er quinquies, paragraphe 1 (principe de non-discrimination), et de l’article 17 bis (liberté d’expression) du statut du personnel »

[3] En 2004, le gouvernement français a ratifié la loi interdisant le port du foulard islamique dans les établissements scolaires français. A Berlin, la loi berlinoise sur la neutralité, interdit aux employés du secteur public, y compris les enseignants, la police et les fonctionnaires de justice, de porter des symboles religieux.

http://muslimnews.co.uk/news/islamophobia/germany-berlin-court-insists-headscarf-ban/

« Objectivement justifiée par un objectif légitime, tel que la poursuite par l’employeur, dans ses relations avec ses clients, d’une politique de neutralité politique, philosophique ainsi que religieuse »

 

Cluses : la clinique victime de l’ARS

Communiqué de Dominique Martin, Député français RN/ENL au Parlement européen, Conseiller municipal de Cluses

La fermeture de la clinique de Cluses, entraînant donc l’abandon du projet de construction de la nouvelle clinique aux Esserts, est une mauvaise nouvelle extrêmement dommageable pour notre ville et notre région.

Elle accroit le désert médical de la vallée, qui souffre du manque de médecins et de spécialistes en ophtalmo, gynéco obstétrique notamment. La tiers-mondisation médicale de la vallée de l’Arve se poursuit.

Les raisons sont à chercher du côté de l’ARS, qui avait retiré les autorisations médicales au moment même de la reprise de la clinique, augurant ainsi son avenir. L’ARS en effet, émanation de la loi Bachelot basée sur le rapport Larcher, instaurait la marchandisation de la santé voulue par l’Union européenne. Au nom de la rentabilité économique, les partenariats public-privé sont LA solution.

En conséquence, la location du CHAL, construit par Eiffage pour 146 millions, coûte 1 million par mois pendant 35 ans, soit 420 millions (chiffres 2012), absorbant ainsi l’essentiel des crédits disponibles pour le Département. Il faut donc nécessairement sacrifier les « petits », les « sans-dents ».

Pourtant, l’ARS ne devrait pas se borner à voir les 45 000 habitants du bassin clusien, mais également la position de Cluses comme entonnoir recueillant tous les touristes, hiver comme été.

Malgré tous les efforts de la Municipalité, la situation lui échappe, puisqu’elle est dictée par l’UE, mise en place par les Républicains et évidemment poursuivie par le libéral Macron aux ordres de Merkel.

De son côté, Marine Le Pen avait consacré 8 de ses 144 propositions à la protection de la santé des Français, s’engageant à maintenir les hôpitaux de proximité (n° 68), à lutter contre les déserts médicaux (n° 67), à réaliser de vraies économies sans nuisance pour nos compatriotes (n° 71) et à réformer l’ARS (n° 73).

Comme d’habitude, seules les propositions du Rassemblement National vont dans le bon sens, celui de la protection de la France et des Français.

Révision des travailleurs détachés : l’abstention s’impose.

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Que dire de la révision de la Directive des travailleurs détachés visant à diminuer le dumping social Est-Ouest, dumping que l’Union européenne a institué, partis de droite comme de gauche, au sein même de cette Union européenne ?

516 000 travailleurs détachés en France en 2017 !

Ce sont 516 000 emplois en moins pour les Français !

Il y a quelques bonnes initiatives que nous soutenons : égalité de rémunération et de défraiement, ou encore encadrement de la durée.

Mais malheureusement, l’Union européenne se rend complice de l’organisation de cette concurrence déloyale.

  • aucune disposition spécifique sur le taux horaire, les travailleurs détachés seront donc rémunérés sur la base des 35h même s’ils en font 60 !
  • aucune disposition sur la sous-traitance et l’intérim qui recrute dans le monde entier comme ces Equatoriens engagés en Espagne pour travailler en France.
  • aucune disposition sur la responsabilité des entreprises donneuses d’ordres en cas de fraude, et pourtant ces fraudes sont nombreuses ! Sans parler des problèmes du détachement en cascade…

Enfin, on pourrait qualifier cette « réformette » de mensongère car les différences de charges sociales ne sont toujours pas prises en compte, comme le secteur du transport d’ailleurs. Les travailleurs détachés des pays de l’Est seront toujours moins chers que nos travailleurs nationaux. Nous proposions même salaire, mêmes charges sociales, pour tous, et dès le premier jour : plus simple et plus équitable.

Les ex-salariés d’Alstom énergie sont-ils secrètement sacrifiés par Macron et Bruxelles ?

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Emmanuel Macron, le Président des très riches, est-il incompétent en matière industrielle ?

En tout cas, il est co-responsable avec la Commission de Bruxelles de l’avenir des employés de feu Alstom énergie. En 2014 déjà, il poussait la vente à GE (General Electric) plutôt qu’à Siemens[1], vente autorisée par la Commission en 2015 à condition qu’un grand nombre d’ingénieurs R&D et les activités les plus avancées sur le plan technologique d’Alstom soient vendues au groupe Ansaldo prétendument italien[2] mais détenu à 40% par Shangaï electric[3] depuis… 2014.

Aujourd’hui, Ansaldo energia est en difficulté avec un free cash-flow[4] négatif de 180 millions d’euros en 2017[5]. Rothschild aurait été mandaté pour une vente en 2018 des parts de l’État italien[6]. Quant à GE, son cours de bourse a été divisé par 4 depuis l’an 2000[7] et
12 000 emplois sont menacés dont ceux des ex-Alstom, de Grenoble[8] à Belfort. La solution des requins de la finance pour relancer un cours de bourse est appliquée avec un plan de restructuration massif (1 milliard pour la France1) et une vente à la découpe de l’entreprise[9].

Le PDG de GE suit bien le logiciel de l’ex-banquier Macron : transformer des géants industriels en fumée financière. Un profit rapide pour certains initiés contre des employés sur le carreau et des pays privés d’avenir.

Ni la Commission[10],  ni Macron n’ont eu de vision d’autonomie stratégique pour l’Europe dans ce dossier. Si le Président osait, il rachèterait les activités stratégiques d’Alstom vendues aux américains, et même celles de General Electric. Les américains n’en veulent plus ! Alors que chaque année nous donnons 8 milliards d’euros nets aux autres pays européens en pure perte[11], Alstom fut abandonné pour seulement 7 milliards[12].

 

 

[1]goo.gl/HVGoCS

[2] http://europa.eu/rapid/press-release_IP-15-5606_fr.htm

[3]goo.gl/sGaZjL

[4] flux de trésorerie libre ou disponible

[5] Page 8 du rapport annuel 2017 goo.gl/mW3S8k

[6]goo.gl/WxPWHz

[7]Le cours a été divisé par 4 depuis 2000 : goo.gl/7bQCo7

[8] goo.gl/H611WD; https://www.hydro-grenoble.info/le-pse-dates-et-chiffres/

[9]goo.gl/42FxZJ

[10] Mme Margrethe Vestager, commissaire chargée de la politique de concurrence, a déclaré à ce propos: «Je suis heureuse que cette opération puisse être autorisée, ce qui démontre que l’Europe est ouverte au monde de l’entreprise et qu’une technologie d’origine européenne peut prospérer et attirer des investissements étrangers.

[11] Source Commission européenne. Politico 3 mai 2018 page 5

[12] https://deontofi.com/ce-quon-vous-a-cache-sur-le-controle-dalstom-par-general-electric/

https://deontofi.com/alstom-general-electric-chronologie-dun-accord-tres-opaque/

Hébergement des clandestins : quand la Haute-Savoie se réveille !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen, Conseiller régional honoraire

Lors du vote du budget 2018, le Conseil départemental a découvert l’énormité du coût de l’accueil des « mineurs étrangers », et en tient l’État pour responsable.
Pourtant, la Gazette des Communes s’en inquiète sans cesse depuis 2013.*
Pourtant, les conditions ont été fixées par une loi de mars 2007 (Président : Chirac, Premier ministre : Villepin), et les décrets pris en mai 2007 (Président : Sarkozy).
Pourtant, contrairement à ce que prétendent certains, il est très facile de vérifier médicalement la minorité.

Dominique Martin expose la complicité de ceux qui ont hier laissé leurs amis au pouvoir mettre en place des mesures qui asphyxient aujourd’hui nos collectivités. Il relève des statistiques officielles dénombrant 85 % d’africains chez ceux qui sont volontiers présentés comme réfugiés syriens. Il salue toutefois l’éclair de lucidité de Christian Monteil, qui ose appeler « politique migratoire« , donc comme voulu et organisé, ce qui n’était jusqu’à présent reconnu que comme un fait subi.

C’est depuis 1974 que le Front National réclame l’arrêt réel de l’immigration incontrôlée, dont la droit haut-savoyarde voit les conséquences aujourd’hui et se plaint sans agir. Cela passe, comme Marine Le Pen l’a encore proposé aux Français l’an dernier, par la maîtrise de nos frontières et la reconquête de notre liberté législative confisquée par l’Union européenne.

En somme, ceux qui ont choisi l’abstention ou le vote Macron l’an passé ont créé et conforté la situation actuelle. Quel dommage pour nos concitoyens clairvoyants et pour notre pays !

 

 

* 02/09/2013 : http://www.lagazettedescommunes.com/191726/mineurs-isoles-etrangers-une-reforme-efficace-mais-deja-rediscutee/
02/09/2014 : http://www.lagazettedescommunes.com/256388/mineurs-isoles-etrangers-lurgence-dune-rallonge-financiere-pour-laccueil-2/