100 millions de touristes : séquence pollution, ou les vacances de M. Hulot

Communiqué de Dominique Martin, Député français au Parlement européen, Conseiller régional honoraire

Le gouvernement entend faire entrer 100 millions de touristes dans notre pays, en particulier dans les stations de montagne. À cet effet, le secrétaire d’État Lemoyne devrait visiter Chamonix demain, pour « rencontrer des élus et des acteurs du tourisme ».

Quels élus ? En oubliant les députés européens comme à l’accoutumée ?

Cela est fort beau et engendrera de l’emploi. Mais la montagne est un écosystème fragile. Croit-on qu’on pourra impunément accueillir cette déferlante touristique sans risque ? Sans pollution de l’air, des eaux et des sols ? Sans augmentation du trafic routier ? Qu’en pensera M. Hulot, qui recevait en début de semaine « des élus » sélectionnés pour parler pollution ?

En réalité, le gouvernement de M. Macron poursuit ici la logique de la campagne électorale : tout promettre, et son contraire, à tout le monde, sans considération de la réalité du terrain.

Le FN dénonce cette politique de gribouille et les conséquences sur notre pays, nos paysages, et nos concitoyens. Gouverner, c’est prévoir, pour le long terme, et pas imaginer une distraction au vu des sondages calamiteux du jour. Gageons que les Français ouvriront les yeux avant longtemps.

 

Dauphiné Libéré 29/7/17

Les réfugiés touchent l’APL, le gouvernement l’abaisse pour l’ensemble des Français : où est la logique ?

Communiqué de Dominique Martin, Député français au Parlement européen

Samedi 22 juillet, le gouvernement Macron confirme vouloir baisser les Aides Personnalisées au Logement (APL). Cette réforme touchera malheureusement plus de 2 millions de personnes et plus de 800 000 étudiants. Encore une fois, la finance demande aux plus démunis de se serrer la ceinture.

Comme leur nom l’indique, ces aides sont « personnalisées »… et ne sont reversées qu’aux personnes qui en ont réellement besoin. L’argument avancé par Jean-Louis Barrot, Député LREM, est une escroquerie : il soutient que lorsque l’Etat « donne un euro d’APL à un foyer, c’est 50 à 70 centimes qui partent dans des hausses de loyer », et qu’ainsi l’État enrichit les plus riches. Il « oublie » de préciser que les hausses de loyer ne vont pas s’arrêter miraculeusement, et que ce sera donc aux moins pourvus d’en payer les frais…, et « oublie » de mentionner que la vague des réfugiés a fait augmenter l’enveloppe des APL…

Pourtant une solution existe, une solution qui permettrait de réduire la dette publique. Une réforme intelligente de l’APL. Une réforme en deux parties qui ne toucherait ni les plus pauvres, ni les étudiants.

En premier lieu, une réforme proportionnelle aux besoins, axée sur plus de contrôles pour éviter les abus et fraudes. Aujourd’hui certains bénéficiaires trichent en ne s’inscrivant, par exemple, que sur le foyer fiscal d’un des parents divorcés, celui avec le moins de revenus, tout en touchant des subsides de l’autre conjoint, parfois fortuné.

En deuxième lieu, les migrants touchant l’Allocation Temporaires d’Attente (ATA) ou le logement d’urgence… et les réfugiés touchant l’APL : il suffirait de réduire ces budgets plutôt que de toujours ponctionner les Français !

Migrants désœuvrés : 10 000 euros le cours de cuisine ethnique, merci Bruxelles !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Deux chômeurs français attaquent Pôle emploi en justice parce que leur « formation » en cuisine était bidon[1] et les locaux insalubres. Dans le même temps, la Commission de Bruxelles nous apprend le 23 juin qu’elle va financer des cours de cuisine « ethnique » pour 200 migrants en Italie. Coût : 2 millions d’euros, soit 10 000 euros par migrant[2]. À ce prix, espérons que les italiens vont bien manger !

Mieux, Bruxelles confirme que les personnes dont l’asile n’a pas été encore accordé peuvent s’inscrire !…

Le FSE (Fond Social Européen), ce sont 115 milliards d’euros de « projets » de ce type, et sur 30 millions de participants, 21 millions n’ont pas trouvé d’emploi après la « formation »[3].

Alors oui, le Front National veut un droit d’inventaire de cette « Europe », parce que les vraies formations, ça doit exister. Quand la vraie alternance viendra, nous changerons l’eau de la casserole Bruxelloise : les européens méritent mieux.

 

 

[1]https://www.valeursactuelles.com/economie/deux-chomeurs-attaquent-pole-emploi-pour-des-formations-bidons-85482

[2]http://ec.europa.eu/esf/main.jsp?catId=67&langId=fr&newsId=2833

[3] 3 mois à 2 ans après la formation selon les projets.

European Social Fund (ESF) 2007-2013 ex-post evaluation: investment in human capital – Executive summary (2016) p.6

Leurs profits aux dépens de nos montagnes

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller communautaire 2CCAM, Député français FN/ENL au Parlement européen.

La 2CCAM (Communauté de Communes Cluses, Arve et Montagnes) a dû, ce 28 juin au soir, adopter un dossier très technique et incompréhensible relatif aux pénalités de retard dues par les aménageurs de la station de Flaine. Il n’y était question que d’UTN, SIF, SAG, PRE, PFAC ou SHON.

Mais la vérité était ailleurs, et n’a été exposée qu’oralement. Elle est fort simple. Grâce aux règles européennes imposant des appels d’offre internationaux, la construction de nos stations a été confiée à un entrepreneur canadien !
Avec la crise des subprimes, des fonds de pensions vautours états-uniens ont voulu se refaire sur cette entreprise et l’ont rachetée. Puis, ils ont décidé de la dépecer en fermant ses activités européennes.

Ainsi donc, les règles européennes mettent en péril le développement de nos stations de ski au seul profit des financiers et des intérêts étrangers.

Il est plus que temps de repenser l’Union Européenne qui, loin de protéger les Peuples, les mettent en coupe réglée pour les intérêts financiers. Un vrai patriotisme économique est indispensable !

Loi travail : l’immunité médiatique de Macron mise à mal ?

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Mardi 27 juin : des manifestants, à quelques mètres de l’Assemblée nationale, aux slogans « Arrêtons Toutanmacron« .
Crédit photo : REUTERS/Gonzalo Fuentes

Décidément tout va mal pour le chouchou des médias. Après un premier changement de gouvernement et « quelques » scandales (Bayrou, Ferrand, de Sarnez, Goulard…), c’est au tour du Peuple de dire Non ! Non à la réforme du travail, Non à la loi d’habilitation présentée mercredi en Conseil des ministres.

Une partie de la population l’a compris : la loi travail « bis » terminera de démanteler ce que El Khomri avait commencé. Licenciements facilités, « barémisation » des dommages et intérêts même en cas de licenciement abusif, accords d’entreprises – comprenez « la partie forte imposera unilatéralement ses desiderata à la partie faible » – ou encore massacre des professions réglementées : enlevons aux français ce qui leur reste !

Ce n’est pas les réunions prévues entre le gouvernement et les syndicats qui changeront grand-chose… D’ailleurs une petite vingtaine a déjà eu lieu : un simple écran de fumée. Une seule solution : sortir de cette Union européenne qui dicte cette réforme à Monsieur Macron !