Incendie de Notre-Dame de Paris : une tragédie nationale.

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe RN au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Les mots nous manquent aujourd’hui pour décrire la détresse de nos compatriotes face à l’ampleur du désastre. Croyants ou pas, nous avons été bouleversés par l’incendie qui a ravagé la nuit dernière la CATHEDRALE NOTRE-DAME DE PARIS, l’âme de la France, ce pilier spirituel et architectural du sentiment national.

Au-delà des suites judiciaires qu’il appartiendra de donner, la question de la restauration de cet édifice symbole de la Nation française se pose.

La gestion des ressources patrimoniales relève bien évidemment des prérogatives régaliennes de l’Etat. Pour autant, devant l’ampleur d’un désastre qui frappe ce symbole national, le devoir de sauvetage concerne chaque Français.

L’Etat va débloquer des fonds, la Région Ile-de-France a annoncé son intention d’en faire autant, de même que l’UNESCO, et il convient également de saluer les généreuses initiatives privées.

Mais dans ces moments qui appellent un élan majeur de solidarité nationale, le groupe RN de la Région Auvergne-Rhône-Alpes demande solennellement au Président Laurent WAUQUIEZ que notre Région participe à la collecte nationale à la hauteur de l’ampleur de cette tragédie qui survient au début de la semaine sainte. Les Auvergnats et les Rhônalpins doivent contribuer à l’effort national.

Emploi et terrorisme : les incohérences des alliés de Mélenchon

Communiqué de presse de Dominique Martin, député français RN/ENL au Parlement européen

En France, Monsieur Mélenchon aime se positionner sur les sujets sociaux. À en croire La France Insoumise, il aurait presque l’exclusivité sur ce thème. Et pourtant, il suffit d’aller voir d’un peu plus près leurs votes au Parlement européen, ainsi que ceux de leurs alliés, pour très vite déchanter : il est comme les autres et leurs comportements sont incohérents !
Contrairement à ce qu’ils prétendent, ils ne votent ni contre le dumping social, ni contre la déferlante migratoire, ni contre le terrorisme, et même camouflent cette menace en diminuant la responsabilité des djihadistes. En revanche, ils sont favorables à « l’inclusion sociale et l’intégration sur le marché du travail » de migrants : toujours plus de réfugiés, et donc toujours plus de dépenses pour la France et ses contribuables.
Le décalage est net entre leurs discours en France et leurs votes au PE prétendument « pour le peuple ». C’est exactement l’inverse qu’il faudrait faire et nos votes, eux, sont très clairs : contre le dumping, pour la préférence européenne, contre la migration et contre le terrorisme.