Martial SADDIER (LR) pour l’impunité totale du terrorisme islamiste

Communiqué de Dominique MARTIN, membre du Bureau politique du FN

Martial SADDIER, député LR de Haute-Savoie, se vante sur son site internet d’avoir cosigné une proposition de loi pour « interdire la diffusion du nom de famille et des images des terroristes dans les médias ».

Pourtant, déjà, les actes terroristes dans notre pays sont maquillés en actes de déséquilibrés. Les témoins entendent clairement des incantations comme « Allah akhbar », qu’oublient aussitôt forces de l’ordre, média, justice et gouvernants.

Pourtant, depuis longtemps, tous les Français devinent pertinemment l’origine des « présumés innocents » et autres « jeunes » ou « sauvageons », dès lors qu’ils deviennent anonymes dans les media et pour la justice.

Pourtant, l’armée est mobilisée et le pays déclaré en guerre, sans que l’on nous dise clairement quel est l’ennemi.

M. SADDIER, souhaite éviter la « gloire posthume » et la « surexposition médiatique » aux auteurs d’actes de terrorisme, y compris après leur jugement. La Justice ne se prononçant pas contre les morts, on appréciera le caractère posthume de la gloire éventuelle en question.

La raison réelle est ailleurs. De la même façon dont nous sommes en guerre sans adversaire reconnu, et que de nombreux attentats deviennent des actes de déséquilibrés, il s’agit de cacher un peu plus aux Français le nombre et la gravité des attaques islamistes dans notre pays. Il s’agit de cacher l’origine des terroristes. Il s’agit d’éviter aux Français le « sentiment d’insécurité » cher à M. Chirac. Soyez victimes, mais en vous imaginant en paix.

C’est véritablement pactiser avec l’ennemi.

Dominique MARTIN dénonce au nom du Front National cette proposition de loi qui vise à masquer la réalité aux Français. Il condamne cette impunité totale donnée aux terroristes. Il appelle les Français à remplacer ces gouvernants qui prétendent lutter pour eux avant de les poignarder dans le dos.

 

Télécharger la proposition de loi

Un recours devant le Tribunal administratif de Lyon pour plus de justice et de transparence au sein de la Région

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe FN à la Région Auvergne – Rhône-Alpes

Le renouvellement de la Commission permanente de la Région Auvergne – Rhône-Alpes le 29 septembre dernier a donné lieu à un cafouillage électoral sans précédent dont la presse régionale s’est d’ailleurs fait l’écho.

De quoi s’agit-il ? Lors du dépouillement du scrutin devant permettre le renouvellement de la composition de la Commission permanente, les scrutateurs présents se sont rendus compte qu’une différence d’un bulletin existait entre le nombre d’émargements et le nombre de bulletins trouvés effectivement dans l’urne. À ce sujet, la loi électorale, art. L 65 du Code électoral ainsi que la jurisprudence sont formels : le scrutin est tout à fait valable et les résultats sont proclamés en fonction du nombre de bulletins trouvés dans l’urne.

Faisant fi du droit et de ses usages, le Président Wauquiez, voyant bien que les résultats trouvés dans l’urne lui étaient plutôt défavorables, pire, que la liste FN aurait obtenu un siège supplémentaire au détriment de sa majorité, a décidé de ne pas présenter le procès-verbal du premier scrutin et, sans obtenir l’accord verbal ou écrit des Présidents de groupe, à procéder à un autre scrutin. Comme c’est tellement plus simple comme cela.

Devant ce coup de force que j’ai immédiatement dénoncé à la reprise de la séance (voir les images sur le site Internet de la Région), et le refus de la part du cabinet et des services de Laurent Wauquiez de produire le procès-verbal du premier scrutin, j’ai décidé, le 4 octobre dernier de former un recours devant le Tribunal administratif de Lyon pour que justice soit faite. J’ai également demandé par lettre AR au Président du Tribunal de sommer le Président Wauquiez de lui produire le procès-verbal du premier scrutin.

Travailleurs détachés : durcissement ou assouplissement ?

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Depuis 1996, la Directive Travailleurs détachés permet le dumping social intra-européen au profit des entreprises leader du BTP et du transport, au détriment de nos salariés et de nos chômeurs. Ainsi, près de 600 000 personnes seraient détachées en France, dont la moitié non déclarée1. Depuis des années, le Front National dénonce l’injustice de ce dumping social. Tous les partis nous affirmaient que le problème n’existait pas. Finalement, sous la pression du Front national, tous ont reconnu qu’il fallait durcir la Directive travailleurs détachés pour lutter contre ce dumping social entre les travailleurs des pays de l’Est et ceux des pays de l’Ouest.

Avec le texte proposé, la fiche de salaire du travailleur détaché devrait désormais comprendre les éléments de rémunération et les primes que touche l’employé français. Les frais liés au détachement (gite, repas, transport etc.) ne pourraient plus être déduits de la rémunération.

Cependant, ce texte accumule les promesses non tenues, et surtout, il encourage la fraude :

  • la durée maximale du détachement est maintenue à 24 mois, avec dorénavant la possibilité de négocier une extension renouvelable.
  • le transport routier international est sorti du texte, alors que ce dernier est rongé par le dumping social.
  • l’entreprise du pays d’origine ne devra suivre les règles ou conventions collectives de la France, que si elles étaient à jour et consultables sur un portail électronique.

Reconnaissant les quelques efforts consentis en matière de durcissements de la législation, nous n’avons pas voté contre ce texte aujourd’hui en Commission Emploi au Parlement européen. Malheureusement, vu la différence de charges sociales, le dumping social continuera.
Seul le Front National veut vraiment lutter contre le dumping social, avec une règle simple : même rémunération, mêmes charges sociales, mêmes conditions de travail pour tous, dès le premier jour travaillé.

 

1 286 000 travailleurs détachés et 220 000 à 300 000 travailleurs détachés illégalement (non déclarés…) http://www.latribune.fr/economie/france/travailleurs-detaches-vers-une-nouvelle-directive-europeenne-753398.html

Réfugiés : de la poudre aux yeux

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller régional honoraire, membre du Bureau Politique du Front National

Le Tribunal d’Annecy a condamné toute une bande de gros trafiquants de drogue à des peines variant entre 18 mois à 7 ans de prison, avec interdiction définitive du territoire.

En effet, fait stupéfiant, l’ensemble du réseau prétendait à l’asile politique en tant que réfugiés, avec toutes les aides que cela suppose (AME, CMU, RSA, etc.)

Ainsi donc, malgré ce que prétendent à longueur du temps la presse et nos dirigeants, la réalité donne une fois de plus raison au Front National : de nombreux clandestins, réfugiés, demandeurs d’asile et autres profiteurs des filières d’entrée en France sont des délinquants et des criminels.

Ainsi donc, des mafias se servent des faiblesses de notre système et de la générosité des Français pour importer drogue, trafics en tout genre et criminalité dans notre pays.

Dominique MARTIN s’étonne de la faiblesse de certaines peines prononcées, certains condamnés étant évidemment multirécidivistes. Il demande la plus grande fermeté dans l’application de ces sanctions, sans application d’éventuelles remises de peine malheureusement largement automatiques.

Il rappelle que l’interdiction du territoire ne doit pas seulement être prononcée, mais également appliquée, avec raccompagnement effectif à la frontière.

Il appelle enfin l’État à la plus grande fermeté dans l’examen et le traitement des dossiers de clandestins, réfugiés et autres demandeurs d’asile, afin d’éliminer rapidement les cas abusifs et douteux, et n’accueillir chez nous que ceux qui le méritent vraiment.

Clandestins : les Français pris pour des gogos

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller régional honoraire

Le Dauphiné de ce jour larmoie sur le sort de malheureux clandestins qui, venus chez nous, réalisent qu’il va faire froid. Et de détailler les milliers d’euro dépensés par ces démunis pour violer nos frontières, ainsi que les voyages en Allemagne ou les billets de TGV qu’ils peuvent se payer. Après avoir reconnu que les SDF sont chassés par ces nouveaux arrivants, le journal détaille comment de braves citoyens naïfs aident ces gens qui ont tant dépensé.

Le FN dénonce l’appel d’air de l’aide massive des associations à l’immigration clandestine, par le soutien objectif que cela apporte aux filières de passeurs.

Le FN appelle les braves gens qui aident de bonne foi ces « réfugiés » à ouvrir les yeux et diriger leur générosité d’abord vers nos concitoyens dans la misère.

Le FN rappelle que ces clandestins, jeunes hommes seuls assez fortunés pour payer leur voyage, sont arrivés en violant nos frontières et nos lois. Ils doivent donc être considérés comme des délinquants.

Dominique MARTIN exige que l’État rétablisse son autorité et applique nos lois en plaçant en détention les clandestins divagant sur la voie publique avant de les expulser de notre territoire.