Mauvaise foi journalistique

Communiqué d’Olivier Burlats, Conseiller municipal Seynod Bleu Marine

Voici le compte-rendu de mon intervention au Conseil municipal d’Annecy dans le Dauphiné. Selon eux, j’ai fait un « dérapage ». L’assemblée a été choquée. Et le maire m’a recadré.

Evidemment, la réalité est quelque peu différente. L’assemblée n’a pas été choquée puisque, après le conseil, j’ai pu discuter avec les autres élus sans que personne ne me fasse une remarque négative. Enfin, le recadrage du maire, sur un ton courtois, était adressé à Mme Roth et moi-même. Il nous a dit que si nous voulions débattre de thèmes nationaux, il fallait nous faire élire dans d’autres assemblées.

Pour terminer, j’ajouterai que Mme Roth, élue écologiste, est venue me saluer en début de conseil. Elle côtoie en effet mon épouse à la commission finance. Comme quoi, l’ambiance est bonne parmi les élus, même si les journalistes aimeraient un monde régi par les querelles.

Quartier de la Jonchère à Seynod : un aveu d’impuissance

Communiqué du Groupe Seynod Bleu Marine

Le premier numéro du magazine de la commune nouvelle d’Annecy a été distribué dans les boîtes aux lettres. En page 34, concernant la commune déléguée de Seynod, on y trouve un curieux article sur la réhabilitation du quartier de la Jonchère. On apprend en effet que les efforts pour résoudre les problèmes d’insécurité « sont gâchés par le comportement irresponsable de quelques individus qui dégradent des lieux fermés au public, de manière totalement gratuite ». S’ensuit la longue liste de ces « attitudes irrespectueuses » : « stationnements sauvages, circulation dangereuse, détritus, insultes, tapage nocturne. Depuis peu, des feux de poubelles et détériorations d’abribus, ainsi que le caillassage des forces de l’ordre. »

Rappelons que ce projet onéreux a été voté en grande partie pour résoudre les problèmes d’incivilités. Lors du débat au Conseil municipal de Seynod, des élus, y compris dans la majorité, avaient fait part de leur scepticisme sur le lien de causalité entre l’état du quartier et la délinquance. C’est un paradigme, inventé il y a quarante ans avec la Politique de la ville, qui aura fait dépenser beaucoup d’argent tout en laissant déraper l’insécurité jusqu’au point de non-retour.

Les élus à la ferme

Tribune du Groupe « Seynod Bleu Marine »

Dans les cadres de la journée « Les élus à la ferme », les élus des treize communes de l’agglomération étaient conviés ce samedi 1er octobre à visiter l’exploitation agricole de Jean-Robert Martel située à Vieugy. Ce jeune agriculteur a repris l’exploitation familiale mais en a changé la nature qui est passée de l’élevage et la production laitière à la culture maraichère, essentiellement pour des questions foncières : la culture maraichère nécessite moins d’espace et s’accommode donc mieux de l’extension urbaine. Il pratique une agriculture raisonnée en limitant les pesticides. Par exemple, un paillage du sol avec des bâches élaborées à partir d’amidon de maïs évite les mauvaises herbes et la lutte contre les pucerons se fait biologiquement avec l’apport d’insectes prédateurs.

La culture maraichère en Haute-Savoie ne peut pas concurrencer la production des autres régions au niveau des prix. Elle est en effet soumise à des contraintes géographiques (sols non sableux plus lourds à travailler, présence de reliefs) et climatiques (moins de jours de chaleur) qui limitent la productivité. Les produits sont donc plus chers et ne sont pas concurrentiels pour les centrales d’achat des grandes surfaces. C’est pourquoi les paysans savoyards sont obligés de développer le cycle court, ce qui s’avère finalement une bonne chose tant il est urgent de sortir de la logique des marchés de grande échelle. Pour la ferme que nous avons visitée, la répartition des ventes est la suivante : 45 % via le magasin de producteurs C’Nos Terroirs, 25 % en vente directe à la ferme, 20 % sur le marché de Poisy, 10 % à la restauration scolaire de Seynod et environ 1 % au fameux restaurant les Trésums.

Cette visite a également permis d’aborder des thèmes généraux qui touchent l’ensemble du monde agricole, comme la difficulté des jeunes à s’installer quand il faut emprunter des sommes importantes pour s’équiper ou rejoindre une coopérative. Enfin, la matinée s’est terminée par un buffet qui nous a permis d’apprécier la qualité des produits de notre terroir.

20161001elusferme01_800-401x300

Jean-Robert Martel (à droite) et son tracteur « vintage »

20161001elusferme02_800-401x300

Les serres sont une nécessité pour certaines cultures dans notre région

Seynod : les gens du voyage squattent la RD1201 puis la Pilleuse

Communiqué de presse du Groupe Seynod Bleu Marine

Le territoire de Seynod subit les assauts du communautarisme décomplexé des gens du voyage. Des groupes de caravanes ont occupé en toute illégalité la chaussée sur un axe de circulation important empêchant des milliers de personnes de circuler librement et générant deux jours de nuisance pour les riverains des villages alentour. Puis ils se sont dirigés vers le terrain de la Pilleuse généreusement mis à leur disposition par l’autorité préfectorale et des élus irresponsables.

Combien de temps les habitants légitimes de Chaux devront-ils supporter l’occupation de leur terre par des hordes nomades ? Combien de temps les contribuables devront-ils financer un mode de vie communautariste ? Les élus du groupe Seynod Bleu Marine appellent les autorités à se ressaisir. Dans un pays sain, il faut faire respecter la loi. Le sans-gêne, l’égoïsme, l’incivisme doivent être sanctionnés, les véhicules confisqués et les délinquants conduits devant le tribunal.

La route de Vieugy

IMG_6255_RouteVieugy-400x224

La Pilleuse

IMG_6256_campement-400x224

Le rond-point de Chaux

IMG_6258_RondPointChaux-400x224