Soutien inconditionnel du groupe FN aux producteurs laitiers de notre région

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe FN au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Nos agriculteurs paient au plus fort la fin des quotas laitiers et des prix planchers, accentués par une concurrence internationale féroce. Lâchés par l’Etat et l’UE, à la merci de grands groupes qui tirent les prix vers le bas, les producteurs laitiers sont victimes d’un système qu’ils ne peuvent contrôler, qu’ils doivent subir et qui est la conséquence des politiques aberrantes menées en matière agricole depuis près de 40 ans.

La production de lait en France est en crise et cette crise s’est aggravée depuis deux ans. Les professionnels sont à l’agonie. Le gouvernement et la Région doivent réagir.

Le Front National dénonce avec force une crise qui frappe nos éleveurs en Auvergne-Rhône-Alpes, la quatrième région laitière française et la première filière agricole régionale.

Le Front National exige que le gouvernement français cesse ses promesses non tenues et entame une négociation ferme avec Bruxelles afin de rétablir des quotas laitiers, de mettre en place une « Politique agricole française » (PAF) en lieu et place de la « Politique agricole commune » (PAC), tout cela pour donner satisfaction aux producteurs et atteindre le seuil minimum de 35 centimes par litre de lait.

Les élus du Front National assurent l’ensemble des acteurs et producteurs de la filière lait de leur plus total soutien et porteront leur message au sein de l’assemblée régionale.

Dominique MARTIN sur France 3 pour le Débat Législatives 2017 : une révolution est-elle en marche ?

Quels sont les enjeux dans les 20 circonscriptions en Isère, Savoie et Haute-Savoie ?
Va-t-on assister au bouleversement annoncé par la victoire d’Emmanuel Macron ?
Les invités de notre débat :

  • Hervé Gaymard, député et président du conseil départemental LR de Savoie,
  • Élisa Martin, 1ère adjointe au Mairie de Grenoble Parti de Gauche,
  • Didier Rambaud, référent La République En Marche Isère,
  • Dominique Martin, député européen Front National de Haute-Savoie,
  • Florent Gougou, politologue et enseignant à Sciences Po Grenoble,
  • Thierry Ménissier, professeur de philosophie Université Grenoble Alpes et
  • Georges Bourquard, grand reporter au Dauphiné Libéré.

 

Laurent Wauquiez en marche vers une majorité régionale improbable

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe FN à la Région Auvergne – Rhône-Alpes

Laurent WAUQUIEZ vient d’annoncer qu’il sera candidat suppléant aux élections législatives de juin prochain en Haute-Loire. Dont acte. Même si le fait de se présenter en tant que suppléant lui laisse une sortie de secours bien utile au cas où il devrait, dans quelques mois, « céder à la pression amicale » de quelques-uns et revenir dans l’arène nationale. Nul n’est dupe en effet de ce genre d’arrangements.

La vraie question qui se pose en réalité, au-delà des ambitions personnelles d’untel ou d’untel, est celle de la recomposition politique au sein de l’Assemblée régionale. En effet quelle majorité Laurent WAUQUIEZ va-t-il avoir dans quelques semaines ? Jusqu’où ira la décomposition du groupe LR ? Que va faire le groupe MODEM (Centre & Indépendants) qui, s’il était logique avec lui-même devrait constituer le noyau d’un futur groupe « Majorité présidentielle » ? Quid de l’éclatement probable du groupe UDI écartelé entre les sirènes macronistes, la volonté de s’émanciper politiquement, et un attachement désormais mortifère à la droite LR ?

Sans parler du groupe PS plus mort que vif…

Au petit jeu de la recomposition partisane, des ambitions personnelles, des départs et des nouveaux entrants au sein de l’Assemblée régionale, Laurent WAUQUIEZ pourrait finalement se retrouver avec une majorité bien plus étriquée qu’aujourd’hui, voire sans majorité du tout.

Le grand écart d’une majorité régionale allant du centre-gauche bayrouiste à une droite LR pure et accessoirement dure pourrait ne pas résister longtemps au choc d’une nouvelle donne politique.

Travail détaché : la tartufferie des Républicains

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe FN au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes.

Le Front National est depuis toujours favorable à la priorité locale et nationale en matière d’emploi. C’est la raison pour laquelle nous avons voté, le 9 février dernier, le rapport présenté en Région Auvergne-Rhône-Alpes concernant la lutte contre le travail détaché et l’instauration de la « clause Molière ».

Or, le Préfet de Région, invoquant certaines dispositions européennes, demande de renoncer à cette clause linguistique jugée « discriminatoire »…

On voit bien là, une nouvelle fois, la schizophrénie politique qui frappe les LR et leurs alliés. Alors que dans les Régions, tentant de singer les thèmes du FN, les élus LR font voter des dispositifs de lutte contre le travail détaché, leurs députés votent à deux mains des dispositions européennes contraires.

La seule décision à prendre est de supprimer au niveau européen la directive des travailleurs détachés qui détruit nos emplois.

Il y a aujourd’hui une tartufferie LR qui mérite d’être soulignée : européiste et pour l’ouverture des frontières à Bruxelles et Strasbourg, partisans d’un protectionnisme économique en régions.

Les électrices et les électeurs français ont droit à une clarification. A moins qu’ils ne tranchent seuls les errances LR dès le 23 avril au soir…

Pour un soutien aux personnels des services d’incendie et de secours

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe FN au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes

Les pompiers manifestent aujourd’hui leur mécontentement dans toute la France, mais aussi dans le département du Rhône.

De fait, leurs missions sont nombreuses avec la prévention et l’évaluation des risques de sécurité civile, la préparation des mesures de sauvegarde et l’organisation des moyens de secours, la protection des personnes, des biens et de l’environnement et les secours d’urgence aux personnes victimes d’accidents, de sinistres ou de catastrophes ainsi que leur évacuation.

Or aujourd’hui, du fait notamment de la double gestion Métropole/Département, le SDMIS (ex SDIS 69) compte 160 pompiers en moins que dans le précédent dispositif. Qui plus est, les pompiers ne sont plus en capacité, indépendamment de cette baisse d’effectifs, de réaliser leurs interventions dans de bonnes conditions puisqu’un certain nombre de quartiers échappent aux lois de la République.

Le Front National souhaite que d’une part les autorités gestionnaires du SDMIS reviennent à des effectifs opérationnels acceptables pour nos pompiers, et que d’autre part le nouveau Préfet de Région prenne la mesure de l’insécurité qui gangrène certains de nos quartiers en y affectant des forces de police suffisantes.