« Le parti pris de Dominique Martin » n°21

À partir de 2019, 258 terroristes auront purgé leur peine et se retrouveront dans nos rues

Découvrez le constat sécuritaire que dresse Dominique Martin au Parlement européen. En 2017, il y a eu un évènement terroriste tous les 6 jours en Europe. Sur 50 000 à 70 000 radicalisés sur notre continent, 20 000 sont en France !

Pourquoi ?

Quelles solutions propose-t-il ?

Pourquoi les alliés de Macron ont-ils scandaleusement refusé la création d’un mémorial pour les victimes du terrorisme ?

Les réponses dans ce 21ème parti pris !

 

À partir de 2019, 258 terroristes auront purgé leur peine et se retrouveront dans nos rues

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

258 djihadistes partis en Syrie et en Irak afin de s’entraîner sont revenus en France depuis 2012. 70% ont été arrêtés et emprisonnés à 7 ans de prison (en moyenne). Il y en a donc 30% qui sont toujours dans la nature… et 70% qui auront bientôt purgé leur peine et qui se retrouveront dans nos rues. Un constat alarmant quand on sait que la France est le pays le plus touché en Europe, continent qui a subi un évènement terroriste tous les 6 jours en 2017(1).

Les services de renseignements ont fait un travail formidable en pistant ces radicalisés. La police a fait un travail formidable en les arrêtant et la justice en appliquant la loi… Alors quel est le problème ? L’absence de volonté politique de changer nos lois laxistes et inadaptées à la menace terroriste. Impossible de les expulser au motif que ce serait une double peine. Refus de légiférer sur la déchéance de nationalité : un non-sens.

Il est urgent de prendre les mesures adéquates. Sur 50 000 à 70 000 radicalisés en Europe, 20 000 sont en France(2) ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre les prochains attentats et de rallumer des bougies, ou de changer à nouveau notre « statut » sur les réseaux sociaux. La loi Macron du 30 octobre 2017 « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme » n’est qu’un pâle reflet de l’état d’urgence : il faut des mesures plus sévères comme la fermeture des mosquées radicalisées, l’expulsion des imams prêchant le djihad armé, l’augmentation du budget du renseignement, la formation d’acteurs locaux pour prévenir la radicalisation, la mise en place de cellule de déradicalisation dans les écoles, dans les clubs de sport, etc… Il reste beaucoup à faire et c’est urgent.

 

(1) Centre d’analyse du terrorisme (CAT), http://cat-int.org/wp-content/uploads/2018/01/BILAN-2017.pdf

(2) Idem.

« Parti Islam » : adieu les droits de l’Homme. Adieu l’Occident.

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

En Belgique, Redouane Ahrouch vient de fonder le « Parti Islam » qui présentera une liste dans 14 des 19 communes bruxelloises lors des élections communales. Bruxelles sera, selon eux, « majoritairement musulmane d’ici 2030 ». Ce n’est pas un phénomène simplement local ou belge. S’agissant des réformes sociétales, la Belgique a souvent un temps d’avance sur la France[1] : de quoi gravement inquiéter les Français !

C’est ce Parti qui, de lui-même, déclare vouloir s’appuyer sur cette communauté pour « islamiser Bruxelles » et « appliquer la charia » ! Exactement ce que nous dénonçons. Ce Parti propose des transports en commun séparés pour les hommes et pour les femmes…et soutient (en autres…) qu’il est « inconcevable qu’une femme soit tête de liste ».

Adieu les droits de l’Homme. Adieu l’Occident. Adieu l’Europe.

Comme le souligne Madame Zuhal Demir[2], Secrétaire d’État pour l’Égalité des chances en Belgique : « on [ne] peut continuer à nier le signal d’alarme »[3], « le parti Islam est le sommet de l’iceberg, sa partie émergée ».

On ne peut être bienveillant face à l’islam politique, incompatible avec les valeurs de la République. L’assimilation n’a jamais été autant une priorité.

 

 

[1] France qui est déjà en partie pour la Charia… En 2016, l’Institut Montaigne a fait réaliser une étude sur l’Islam en France dont il ressortait que pour 29% des musulmans, la charia était plus importante que les lois de la République…

[2] (N-VA ), parti politique belge.

[3] http://www.lesoir.be/149912/article/2018-04-07/zuhal-demir-n-va-le-parti-islam-nest-que-la-partie-emergee-de-liceberg

 

Pas de barrage au privé !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

L’Union européenne, se mêlant encore une fois de nos affaires, veut privatiser les barrages français. Il s’agirait, évidemment, de lutter contre les monopoles et d’assurer une concurrence « libre et non faussée ».

Or nos barrages sont entretenus depuis des décennies, voire ont été construits, sur fonds publics. Ce sont donc les Français qui seraient dépouillés de ce que leurs efforts et leurs contributions ont réussi à bâtir.

Or la plupart des barrages français sont âgés de plusieurs décennies, réclamant ainsi un entretien des plus scrupuleux pour assurer la sécurité des installations et des populations.

Aurait-on oublié que l’absence d’entretien a causé l’évacuation de toute la vallée en aval du barrage d’Oroville, en Californie l’an passé ?

Qui peut vivre sereinement en aval d’un barrage géré par des entreprises privées ne recherchant que le profit ?

Face à l’insécurité de nos approvisionnements énergétiques, Dominique Martin et le Front National soutiennent l’énergie hydraulique, non délocalisable et ne dépendant pas d’importations d’énergie fossile.

Face à la pression sur la rentabilité des énergies renouvelables, Dominique Martin et le Front National défendent la protection que représente le monopole public.

Face à la braderie organisée du patrimoine construit par tous les Français, Dominique Martin et le Front National défendent le respect de notre propriété collective.

Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

« Si tu vas à Rome, vis comme les romains » : intégration ou assimilation ?

Dominique Martin est intervenu en Commission Emploi et affaires sociales sur l’intégration des réfugiés en Grèce, Hongrie et Italie, et félicite Madame le rapporteur de l’expertise qui reconnait qu’il y a plein plus de migrants économiques que de réels réfugiés politiques !

Cependant Dominique Martin rappelle que la migration, annuellement, c’est 60 millions d’individus (dont 6 millions vers l’Europe), qu’il faudrait préférer le terme d’« assimilation » au terme d’ »intégration » et s’étonne : pourquoi la Croix-Rouge assume avoir pour priorité le regroupement familial ?