Hébergement des clandestins : quand la Haute-Savoie se réveille !

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen, Conseiller régional honoraire

Lors du vote du budget 2018, le Conseil départemental a découvert l’énormité du coût de l’accueil des « mineurs étrangers », et en tient l’État pour responsable.
Pourtant, la Gazette des Communes s’en inquiète sans cesse depuis 2013.*
Pourtant, les conditions ont été fixées par une loi de mars 2007 (Président : Chirac, Premier ministre : Villepin), et les décrets pris en mai 2007 (Président : Sarkozy).
Pourtant, contrairement à ce que prétendent certains, il est très facile de vérifier médicalement la minorité.

Dominique Martin expose la complicité de ceux qui ont hier laissé leurs amis au pouvoir mettre en place des mesures qui asphyxient aujourd’hui nos collectivités. Il relève des statistiques officielles dénombrant 85 % d’africains chez ceux qui sont volontiers présentés comme réfugiés syriens. Il salue toutefois l’éclair de lucidité de Christian Monteil, qui ose appeler « politique migratoire« , donc comme voulu et organisé, ce qui n’était jusqu’à présent reconnu que comme un fait subi.

C’est depuis 1974 que le Front National réclame l’arrêt réel de l’immigration incontrôlée, dont la droit haut-savoyarde voit les conséquences aujourd’hui et se plaint sans agir. Cela passe, comme Marine Le Pen l’a encore proposé aux Français l’an dernier, par la maîtrise de nos frontières et la reconquête de notre liberté législative confisquée par l’Union européenne.

En somme, ceux qui ont choisi l’abstention ou le vote Macron l’an passé ont créé et conforté la situation actuelle. Quel dommage pour nos concitoyens clairvoyants et pour notre pays !

 

 

* 02/09/2013 : http://www.lagazettedescommunes.com/191726/mineurs-isoles-etrangers-une-reforme-efficace-mais-deja-rediscutee/
02/09/2014 : http://www.lagazettedescommunes.com/256388/mineurs-isoles-etrangers-lurgence-dune-rallonge-financiere-pour-laccueil-2/

L’UE contre le service public

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Passy vient d’inaugurer son agence postale, remplaçant à grands frais pour le contribuable le bureau de poste qui a été fermé.

C’est l’aboutissement de la lutte des eurocrates de Bruxelles contre le service public. Au nom du grand capital, tout doit appartenir au secteur marchand : eau, énergie, santé, autoroutes, PV, stationnement, poste, télécommunications.

Le corollaire de ce parti-pris idéologique est que ne sont conservés que les services rentables. Malheur donc à ceux qui n’ont pas les moyens ou vivent trop à l’écart pour justifier les coûts : ils sont sacrifiés sur l’autel des dividendes.

Pour conserver un semblant de service, comme aux pires heures de l’Ancien régime, il faut donc suppléer, et mettre la main au portefeuille.

Le Front National s’élève depuis toujours contre cette marchandisation de tous les aspects de la vie et des besoins les plus élémentaires. Que ce soit en Haute-Savoie ou au Parlement européen, Dominique Martin défend les services publics, seuls garants de la réelle égalité de tous les citoyens et de leur possibilité d’accès aux services fondamentaux.