Dauphiné Libéré : mes trois premières propositions de lois

Français, depuis 40 ans nous nous sommes laissés désarmer moralement et surtout intellectuellement. Notre école périclite jusqu’à sombrer dans les dernières places du classement européen (PISA). La première des priorités sera d’assurer à nouveau la transmission des connaissances fondamentales. À l’école primaire, la moitié du temps d’enseignement devra être réservée au français, à l’écrit comme à l’oral. L’ enseignement facultatif des langues (arabe, turc, algérien, marocain, tunisien etc…) prévu dès la rentrée prochaine dès la classe de CM2, devra être abrogé puisque totalement contraire à une assimilation exigeante.

Face à la paupérisation honteuse de nos personnes âgées, il s’agira en deuxième priorité de revaloriser le minimum vieillesse (ASAP) actuellement bien en dessous du seuil de pauvreté, partout en France, y compris en Outre-mer. Il devra être conditionné exclusivement à la nationalité française ou à défaut à vingt ans de résidence dans notre pays, ce qui nous permettra d’augmenter les très petites retraites.

Sont présents sur notre sol des ennemis implacables qui entendent faire régner des lois, des moeurs, et une idéologie politico-religieuse venues de l’extérieur. La troisième priorité sera donc de rétablir, sans faiblesse, l’expulsion automatique, avec interdiction de territoire, pour ces étrangers coupables de crimes, de délits, ainsi que d’intelligence avec l’ennemi dans le cadre du terrorisme.

L’avenir est entre nos mains – l’avenir nous appartient !

 

Anne-Françoise Abadie Parisi annonce sa candidature aux législatives dans le Dauphiné Libéré

Voyageuse, j’ai travaillé dès 1983 comme gouvernante d’hôtel dans le monde entier. J’ai épousé un citoyen israélien et vécu à Tel Aviv de 1994 à 2002 où j’ai enseigné le français.
De retour en France en 2002 après avoir divorcé et espérant avoir laissé derrière moi le terrorisme (j’ai été présente lors de l’attentat à Tel Aviv qui a fait 49 morts en octobre 1994), j’ai retrouvé une France avec des rues devenant des mosquées. Alors, quand Marine Le Pen a dénoncé en 2010 les prières de la rue Myrha, j’ai adhéré au Front National.
Mère de deux filles, Je me suis installée à Thonon Les Bains. Auxiliaire de vie sociale, dans la vallée d’Abondance, J’ai officié auprès de malades lourdement handicapés. Par mon emploi, j’ai été témoin de la paupérisation des personnes âgées qui survivent avec de trop petites retraites, de la difficulté qu’elles ont à se faire soigner alors que leurs médecins disparaissent.
Mes enfants ayant grandi, j’ai décidé de m’investir plus sérieusement dans le militantisme en devenant responsable Front National Haute-Savoie pour le Chablais. Je me suis présentée à plusieurs élections et je suis depuis 2015 élue Conseiller régional d’Auvergne Rhône Alpes.
Le député étant avant tout un législateur, je suis candidate car Je veux retrouver une France sûre, juste, fière d’elle-même, le patriotisme averti n’étant pas incompatible avec l’esprit d’ouverture… Au contraire. Elue député, Je représenterai la France des oubliés !