Clandestins : les Français pris pour des gogos

Communiqué de Dominique MARTIN, Conseiller régional honoraire

Le Dauphiné de ce jour larmoie sur le sort de malheureux clandestins qui, venus chez nous, réalisent qu’il va faire froid. Et de détailler les milliers d’euro dépensés par ces démunis pour violer nos frontières, ainsi que les voyages en Allemagne ou les billets de TGV qu’ils peuvent se payer. Après avoir reconnu que les SDF sont chassés par ces nouveaux arrivants, le journal détaille comment de braves citoyens naïfs aident ces gens qui ont tant dépensé.

Le FN dénonce l’appel d’air de l’aide massive des associations à l’immigration clandestine, par le soutien objectif que cela apporte aux filières de passeurs.

Le FN appelle les braves gens qui aident de bonne foi ces « réfugiés » à ouvrir les yeux et diriger leur générosité d’abord vers nos concitoyens dans la misère.

Le FN rappelle que ces clandestins, jeunes hommes seuls assez fortunés pour payer leur voyage, sont arrivés en violant nos frontières et nos lois. Ils doivent donc être considérés comme des délinquants.

Dominique MARTIN exige que l’État rétablisse son autorité et applique nos lois en plaçant en détention les clandestins divagant sur la voie publique avant de les expulser de notre territoire.

Non au tourisme du clandestin à Annecy !

Communiqué de Dominique MARTIN, Député français FN/ENL au Parlement européen, Conseiller régional honoraire

L’Essor de ce jour s’étonne de la présence au grand jour de tant de clandestins soudanais et tchadiens à Annecy, principalement de jeunes hommes seuls, venus prétendre au statut de réfugié.

Pourtant, cet afflux ne devrait pas surprendre : notre pays souffre de ses frontières supprimées, d’associations complices des passeurs, et, fait inouï, d’un Président ayant été jusqu’à annoncer que nous irions sur place recueillir les candidats à la traversée !

Combien de ces « réfugiés » seront-ils admis à rester sur notre territoire ?

Combien, déboutés, seront-ils réellement expulsés ?

Les passeurs, complices et collaborateurs de ces filières seront-ils recherchés et poursuivis ?

De combien d’agressions, viols, vols et autres attentats supplémentaires la France et les Français auront-ils à subir du fait de l’organisation et de la complaisance à l’égard de ces trafics ?

Malheureusement, toutes les prédictions du Front National se réalisent les unes après les autres.
Malheureusement, la propagande du Système retarde encore la mise en place des mesures de sauvegarde de notre pays et de nos concitoyens : rétablissement des frontières, réforme de la Justice, expulsion des clandestins, priorité aux Français.

Dominique MARTIN, Député européen, Conseiller régional honoraire, exige que les forces de l’ordre s’assurent de la sécurité des Annéciens face à cet afflux, et mettent en détention tous les clandestins qui envahissent les rues de la cité.

Quartier de la Jonchère à Seynod : un aveu d’impuissance

Communiqué du Groupe Seynod Bleu Marine

Le premier numéro du magazine de la commune nouvelle d’Annecy a été distribué dans les boîtes aux lettres. En page 34, concernant la commune déléguée de Seynod, on y trouve un curieux article sur la réhabilitation du quartier de la Jonchère. On apprend en effet que les efforts pour résoudre les problèmes d’insécurité « sont gâchés par le comportement irresponsable de quelques individus qui dégradent des lieux fermés au public, de manière totalement gratuite ». S’ensuit la longue liste de ces « attitudes irrespectueuses » : « stationnements sauvages, circulation dangereuse, détritus, insultes, tapage nocturne. Depuis peu, des feux de poubelles et détériorations d’abribus, ainsi que le caillassage des forces de l’ordre. »

Rappelons que ce projet onéreux a été voté en grande partie pour résoudre les problèmes d’incivilités. Lors du débat au Conseil municipal de Seynod, des élus, y compris dans la majorité, avaient fait part de leur scepticisme sur le lien de causalité entre l’état du quartier et la délinquance. C’est un paradigme, inventé il y a quarante ans avec la Politique de la ville, qui aura fait dépenser beaucoup d’argent tout en laissant déraper l’insécurité jusqu’au point de non-retour.

« Grand Annecy » : les élus Bleu Marine refusent une subvention à un concert pour les migrants

Au Conseil municipal d’Annecy du 26 juin 2017, une subvention de 1225 euros a été votée pour financer un concert de solidarité envers les « réfugiés ». Cette subvention sera versée à l’association organisatrice 4X5 Inches mais c’est une autre association, Anticyclone, qui a bénéficié des recettes du concert. Après nous être renseignée sur celle-ci, nous nous sommes opposés à la délibération. Voici le texte de notre intervention :

Nous demandons à ce qu’il y ait deux votes pour cette délibération, afin de distinguer les deux demandes de subventions. Nous voulons nous opposer à celle qui concerne un concert de soutien aux migrants et ceci pour plusieurs raisons.

L’aide aux migrants ne fait pas partie des compétences municipales. Nous n’avons donc pas à la subventionner. D’autant plus que l’association Anticyclone qui a bénéficié du concert du 6 mai est une association stéphanoise. On se demande bien en quoi cela concerne la commune nouvelle d’Annecy.

Il s’agit également d’une association confessionnelle. A l’origine, on trouve le Père Riffard, qui semble confondre sacerdoce et militantisme, et des migrants de l’église Sainte-Claire du quartier de Montreynaud. Cette association se place dans une « perspective clairement pastorale » selon les propres termes de l’un des fondateurs. « Nous voulions vraiment permettre à des personnes qui, pour la plupart, sont croyantes, de continuer à vivre leur foi. » Je précise cela pour les élus intransigeants sur la laïcité lors du dernier conseil. Nous allons voir si leur préoccupation est réelle ou s’il s’agit d’une posture à géométrie variable.

Cette association stéphanoise est aussi une association communautariste puisqu’elle déclare s’adresser « essentiellement aux migrants africains ». Je croyais pourtant que la République interdisait la discrimination selon l’origine, surtout dans le domaine humanitaire. Il y a quelques années, le mouvement des Jeunesses identitaires s’y était essayé et avait provoqué un tollé. Il faut dire qu’il avait choisi d’aider des Européens et non des Africains. Là encore, l’indignation semble être à géométrie variable.

En plus de collaborer à l’immigration illégale, le Père Riffard s’est opposé à un arrêté de la mairie de Saint-Etienne lui interdisant d’héberger des migrants dans une salle qui ne respectait pas les normes de sécurité. Cela l’a conduit devant la Justice qui a fini par botter en touche en se déclarant incompétente. Le Préfet de la Loire a finalement obtenu la fermeture des lieux en 2016. Comment s’étonner de l’extension des zones de non-droit sur notre territoire quand dès leur arrivée on donne aux migrants l’exemple de la rébellion contre les autorités ? Le Conseil municipal d’Annecy veut-il encourager l’incivisme dans la ville de Saint-Etienne ? Quelle image voulons-nous donner aux citoyens quant au respect des lois et des réglementations dont nous sommes les garants ? Afin d’aller dans le sens de la moralisation de la vie politique, nous appelons à voter contre cette demande de subvention.


Conseil municipal d'Annecy – 26 juin 2017… par TVSemnoz