Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

Les grandes priorités contre le chômage ?

La même liste de vœux pieux ressortie chaque année… Sans aucune remise en question !

Dominique Martin est intervenu sur les lignes directrices de l’emploi. Qui ne souhaite pas endiguer le chômage ? Améliorer le fonctionnement des marchés du travail ? Ou encore lutter contre la pauvreté ? Les objectifs sont louables !

Malheureusement, il s’agit d’une liste de vœux pieux et le problème réside dans les moyens proposés : développement du marché unique, toujours plus de mobilité, aucun patriotisme économique, réforme structurelle (c’est à dire « mesure d’austérité »), ou encore subventions versées aux réfugiés !

Nous souhaitons des lignes directrices atteignables, chiffrées, réalistes et une remise en question des outils qui, pour l’instant, ont démontré l’échec des politiques européennes en matière d’emploi.

 

Cluses : les élus FN défendent la liberté

Lors de la réunion du Conseil municipal de Cluses du 30 janvier, Dominique Martin, Catherine Dardenne et Lucie Hugard ont réaffirmé haut et fort la liberté.

Le dossier phare de ce conseil était la demande d’approbation du PLU. Pour rappel, le Plan Local d’Urbanisme est un document qui remplace le Plan d’Occupation des Sols (POS) pour permettre de gérer le développement immobilier d’une commune. Ce document pourrait être simplement l’expression de la volonté propre de la commune de maîtriser le foncier sur son emprise. Malheureusement, de nos jours, un PLU s’insère dans un « projet de territoire », et doit respecter la loi ALUR, des trames vertes, trames bleues, ZNIEFF, PADD, SCOT, OAP, RNU et nombre d’autres sigles abscons*. Tous ces documents et toutes ces démarches aboutissent à enlever toute initiative et toute liberté aux communes. Le PLU doit renforcer la mixité fonctionnelle et sociale, lutter contre l’étalement urbain, et préserver et mettre en valeur le patrimoine environnemental, paysager et architectural. Le tout, en liaison avec les communes et communautés de communes autour, dans l’optique de supprimer les communes au profit de métropoles inhumaines.

Cela signifie que la hauteur des bâtiments, l’orientation des rues, la couleur des volets et la composition des haies et séparation entre propriétés sont dictées aux communes qui n’ont plus leur mot à dire. Cela signifie aussi que les communes sont sommées de construire de plus en plus de logements sociaux.

Dominique Martin a dénoncé la violence faite aux communes en leur ôtant toute liberté dans leur développement. Il a aussi dénoncé la violence faite aux propriétaires, dont les terrains deviendront inconstructibles, voire, qui ont hérité des terrains constructibles pour lesquels ils ont payé des droits de succession élevés, et se retrouvent avec un patrimoine de valeur moindre.

Les élus FN, qui ont toujours mené le combat contre ce PLU, ont bien entendu voté contre ce dossier mortifère.

 

 

* tous ces sigles existent vraiment et sont manipulés avec dextérité et sérieux par nos gouvernants !

 

Dauphiné Libéré, 1/2/18

L’Union européenne a détruit le transport routier français : 21 000 emplois.

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

Les camionneurs ont eu raison de faire grève ! Depuis 1999, 21 000 emplois français ont été détruits[1] dans le secteur du transport. Ce secteur, c’est 3 millions de personnes en Europe. Or,  la part des Français dans le marché européen est passée de 50 à 10%[2]. Vous le voyez bien sur nos autoroutes : plus aucune plaque d’immatriculation nationale ! Et pourtant nos travailleurs sont à domicile puisque seulement 15%[3] des entreprises de transport françaises s’exportent à l’international.

Quelles sont les causes de ces pertes d’emplois ? Il y en a essentiellement deux : les travailleurs détachés et le cabotage ! Même la Commission a avoué que ce dernier était un faux nez de la concurrence déloyale. Le salaire brut moyen d’un camionneur s’échelonne de 300 à 3 300 euros[4]. Cette trop grande différence (de 3000 euros !) suffit objectivement à démontrer cette concurrence déloyale, cette escroquerie organisée !

Plusieurs partis, sous la pression du Front National, ont reconnu qu’il fallait revenir en arrière. Aussi, nous avons déposé aujourd’hui plusieurs amendements : interdire le cabotage pour les camions étrangers, et imposer un retour hebdomadaire du conducteur à son lieu de résidence. Par ailleurs, il faut des sanctions pour les entreprises qui ne respectent pas les normes sanitaires, sécuritaires, environnementales et le bien-être animal. En effet, sur 100 camions contrôlés, 30 sont en infractions ! Les forces de l’ordre doivent pouvoir bloquer, le cas échéant, les camions délictueux.

 

[1] http://www.lefigaro.fr/emploi/2015/01/20/09005-20150120ARTFIG00257-le-routier-francais-en-voie-de-disparition.php

2 Idem.

3 http://www.fntr.fr/espace-documentaire/chiffres-cles/les-chiffres-noirs-du-trm-francais

4 « Comparatif des conditions d’emploi et de rémunération des conducteurs routiers internationaux en Europe », Comité national routier (CNR), 16 novembre 2016.

Les errements du Polyèdre

Tribune de Olivier Burlat, Conseiller municipal FN de Seynod

Le Polyèdre est une association seynodienne qui propose des activités culturelles (cours de dessin, danse etc.) à la population. Elle existe depuis 1974 et est fortement soutenue par la municipalité. Elle comporte environ 2500 adhérents qui paient une cotisation annuelle d’un montant de 10 à 15 euros. Cependant, l’inscription à la plupart des cycles d’activité nécessite le paiement d’une cotisation supplémentaire pour financer l’animation.

Gouvernance défaillante et responsabilité de la commune

La gestion du Polyèdre est depuis un an l’objet d’une controverse. Un rapport d’observations a été demandé à la Chambre régionale des comptes qui l’a remis au mois de décembre dernier. Selon ce document, la gouvernance de l’association a été « défaillante, le bureau ne se réunissant pas suffisamment et des dysfonctionnements importants s’étant produits au sein de la direction. » La commune de Seynod n’a pas « assumé pleinement ses fonctions de contrôle et de vérification des comptes de l’association. » Il manque à l’association une comptabilité analytique permettant de connaître le coût réel de ses activités. Enfin, il y a eu des lacunes dans l’obligation de publicité des comptes annuels certifiés.

Lire plus

Le FN soutient les gardiens de prison à Bonneville

Dominique Martin, Député européen, s’est rendu ce matin, en compagnie d’élus régionaux, à la maison d’arrêt de Bonneville. Les manques et besoins exprimés sont clairs et portent sur les salaires, les moyens, la formation, le respect et la sécurité.

Ces revendications sont parfaitement en phase avec ce que propose le Front National de longue date, et notamment l’amélioration des conditions de travail des gardiens, et la création de 40000 places dans les prisons afin d’isoler les détenus radicalisés1 et de rétablir des conditions dignes pour les détenus. Si la prison n’est pas une villégiature, elle ne doit pas non plus humilier les détenus et les pousser à la révolte.

Le Front National réclame également le rétablissement de la République dans les prisons, en empêchant le règne des gangs et des caïds ; le Garde des Sceaux doit revenir sur les mesures ineptes de ses prédécesseurs, en premier lieu Mmes Dati et Taubira.

Enfin, l’administration pénitentiaire doit être transférée de la Justice à l’Intérieur, afin d’optimiser le renseignement.

L’ensemble de la délégation remercie le Directeur et le personnel rencontrés de leur accueil et de ces échanges.

 

1 – Cf. proposition de résolution de l’Assemblée nationale n° 553 enregistrée le 16 janvier 2018 tendant à la création d’une commission d’enquête relative aux modalités de détention des détenus radicalisés, présentée par Mme Le Pen et MM. Bilde, Pajot, Chenu,Collard et Aliot, députés