Intervention de Dominique Martin en Commission Emploi et Affaires sociales (EMPL) du Parlement européen

Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS) : Dominique Martin dénonce l’absence d’indicateurs permanents.

Dominique Martin dénonce, tout comme le rapporteur, le manque de données sur le nombre d’emplois créées grâce au Fonds européen pour les investissements stratégiques (FEIS).

Malgré ses objectifs ambitieux, le fonctionnement de ce Fonds est difficile à juger de manière positive car l’évaluation des résultats, notamment en ce qui concerne la création d’emplois, est impossible. En effet, il n’y a aucun indicateur permanent et la Commission n’envisage aucune solution. Ainsi, il nous est difficile d’accepter une augmentation du capital et de nous prononcer sur la prolongation de son existence, sans savoir l’impact réel de cet outil.

Cependant, Monsieur Martin n’y est pas complètement opposé car il représente un octroi important de financements auprès des PMI/PME et qu’il s’agit essentiellement de financements privés.

 

« Je ne suis pas dans un esprit franco-français », par une députée LR

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen.

Ce matin, dans le cadre de la Commission Emploi du Parlement européen, Élisabeth Morin-Chartier, députée des Républicains et rapporteur sur le dossier des travailleurs détachés affirmait : « Je ne suis pas dans un esprit franco-français mais dans un esprit européen (…) La clause Molière[1], très peu pour moi ».

Tout à fait consciente que cette clause protège les intérêts français, Madame Morin-Chartier met en lumière ses priorités. Mauvaise nouvelle, ses priorités ne sont pas vos intérêts ! Par ailleurs, on observe le double jeu des Républicains :

  • En région, ils défendent cette clause à des fins électoralistes[2];
  • Au Parlement européen, ils se font les laquais des grandes puissances !

Si les Républicains avouent ne pas suivre « l’esprit franco-français » sur un tel dossier, dont ils reconnaissent pourtant les failles et le dumping social, qu’en est-il pour les autres sujets ? Qu’en est-il pour l’immigration, la sécurité, l’environnement ou encore le chômage ? …

« Au nom du peuple », seule Marine Le Pen saura défendre les intérêts des Français.

[1] Elle consiste à imposer, sur les chantiers, l’usage de la langue française. Cette mesure permet de protéger les PME locales car l’obligation d’engager un traducteur permet de réduire les distorsions de concurrence. Elle permet également d’assurer une meilleure sécurité.

[2] Jérôme Chartier, Vice-président du Conseil régional et un des plus proches conseillers de François Fillon, « a mis en avant une «volonté politique», sans plus de précision ».

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2017/03/10/20002-20170310ARTFIG00256-imposer-le-francais-sur-les-chantiers-devient-un-enjeu-politique.php

 

Travail détaché : la tartufferie des Républicains

Communiqué de Christophe Boudot, Président du Groupe FN au Conseil régional Auvergne – Rhône-Alpes.

Le Front National est depuis toujours favorable à la priorité locale et nationale en matière d’emploi. C’est la raison pour laquelle nous avons voté, le 9 février dernier, le rapport présenté en Région Auvergne-Rhône-Alpes concernant la lutte contre le travail détaché et l’instauration de la « clause Molière ».

Or, le Préfet de Région, invoquant certaines dispositions européennes, demande de renoncer à cette clause linguistique jugée « discriminatoire »…

On voit bien là, une nouvelle fois, la schizophrénie politique qui frappe les LR et leurs alliés. Alors que dans les Régions, tentant de singer les thèmes du FN, les élus LR font voter des dispositifs de lutte contre le travail détaché, leurs députés votent à deux mains des dispositions européennes contraires.

La seule décision à prendre est de supprimer au niveau européen la directive des travailleurs détachés qui détruit nos emplois.

Il y a aujourd’hui une tartufferie LR qui mérite d’être soulignée : européiste et pour l’ouverture des frontières à Bruxelles et Strasbourg, partisans d’un protectionnisme économique en régions.

Les électrices et les électeurs français ont droit à une clarification. A moins qu’ils ne tranchent seuls les errances LR dès le 23 avril au soir…

Je suis bien Haut-Savoyard !

Communiqué de Dominique Martin, Conseiller municipal de Cluses (Haute-Savoie) depuis 1989, Conseiller communautaire 2CCAM (Haute-Savoie) depuis 2012, Conseiller régional honoraire de la Haute-Savoie de 1992 à 2014, Député européen.

Le Dauphiné de ce jour donne la liste de tous les élus de Haute-Savoie ayant adressé un parrainage valide au Conseil constitutionnel.

Tous ? Non !

Un seul élu, qui semble à jamais oublié des invitations aux inaugurations, commémorations et autres événements, est également écarté de cette liste, un Député européen, Dominique Martin.

Je confirme donc
• que je suis bien élu Haut-Savoyard,
• Député européen,
• membre du Front National,
• que j’ai apporté mon parrainage à Marine Le Pen,
• et que le Conseil constitutionnel l’a publié dès le 7 mars,
ainsi qu’il n’aura pu échapper à l’oeil sagace des journalistes et lecteurs les plus avisés.