« Le parti pris de Dominique Martin » n°21

À partir de 2019, 258 terroristes auront purgé leur peine et se retrouveront dans nos rues

Découvrez le constat sécuritaire que dresse Dominique Martin au Parlement européen. En 2017, il y a eu un évènement terroriste tous les 6 jours en Europe. Sur 50 000 à 70 000 radicalisés sur notre continent, 20 000 sont en France !

Pourquoi ?

Quelles solutions propose-t-il ?

Pourquoi les alliés de Macron ont-ils scandaleusement refusé la création d’un mémorial pour les victimes du terrorisme ?

Les réponses dans ce 21ème parti pris !

 

À partir de 2019, 258 terroristes auront purgé leur peine et se retrouveront dans nos rues

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

258 djihadistes partis en Syrie et en Irak afin de s’entraîner sont revenus en France depuis 2012. 70% ont été arrêtés et emprisonnés à 7 ans de prison (en moyenne). Il y en a donc 30% qui sont toujours dans la nature… et 70% qui auront bientôt purgé leur peine et qui se retrouveront dans nos rues. Un constat alarmant quand on sait que la France est le pays le plus touché en Europe, continent qui a subi un évènement terroriste tous les 6 jours en 2017(1).

Les services de renseignements ont fait un travail formidable en pistant ces radicalisés. La police a fait un travail formidable en les arrêtant et la justice en appliquant la loi… Alors quel est le problème ? L’absence de volonté politique de changer nos lois laxistes et inadaptées à la menace terroriste. Impossible de les expulser au motif que ce serait une double peine. Refus de légiférer sur la déchéance de nationalité : un non-sens.

Il est urgent de prendre les mesures adéquates. Sur 50 000 à 70 000 radicalisés en Europe, 20 000 sont en France(2) ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre les prochains attentats et de rallumer des bougies, ou de changer à nouveau notre « statut » sur les réseaux sociaux. La loi Macron du 30 octobre 2017 « renforçant la sécurité intérieure et la lutte contre le terrorisme » n’est qu’un pâle reflet de l’état d’urgence : il faut des mesures plus sévères comme la fermeture des mosquées radicalisées, l’expulsion des imams prêchant le djihad armé, l’augmentation du budget du renseignement, la formation d’acteurs locaux pour prévenir la radicalisation, la mise en place de cellule de déradicalisation dans les écoles, dans les clubs de sport, etc… Il reste beaucoup à faire et c’est urgent.

 

(1) Centre d’analyse du terrorisme (CAT), http://cat-int.org/wp-content/uploads/2018/01/BILAN-2017.pdf

(2) Idem.

Réduction du trafic TER sur la ligne Lyon Perrache–Givors : Laurent Wauquiez menace l’avenir d’une ligne d’intérêt public !

Communiqué d’Antoine Mellies, Conseiller municipal de Givors, Conseiller régional Auvergne – Rhône-Alpes, membre de la Commission des transports

Laurent Wauquiez aime se présenter comme le sauveur du réseau ferroviaire de proximité. Pourtant, derrière la communication du président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, il y a la triste réalité de la réduction du trafic TER entre les gares de Lyon Perrache et Saint-Etienne. Cette réduction du trafic prévue aux heures de pointe est irresponsable et va encore surcharger les rames existantes sur la ligne Givors–Lyon Part-Dieu qui sont pourtant totalement saturées ! En effet, le temps de trajet sera allongé d’en moyenne 10 minutes pour les usagers en provenance de Saint-Etienne ce qui les incitera à préférer la ligne Saint-Etienne–Lyon Part Dieu.

Ce désengagement est un non-sens à l’heure où les enjeux de mobilité entre Saint-Etienne, Givors et Lyon n’ont jamais été aussi importants. Ces enjeux exigent au contraire la transformation de la Ligne Lyon Perrache–Givors en véritable réseau express régional (RER) inspiré du modèle francilien et qui prévoit notamment une rénovation complète de la gare Givors-Canal.

En effet, s’il convient de requalifier l’A47 et tourner le dos à cette fausse bonne idée de l’autoroute A45, il faut également investir massivement sur le réseau ferroviaire en allongeant les quais de gare, en doublant les rames et en renforçant la fréquence des lignes qui permettent de décongestionner la gare de Lyon Part-Dieu. Le groupe Front National demande donc à Laurent Wauquiez de revenir sur sa décision de réduire la fréquence des TER sur l’axe Lyon Perrache–Givors en période de pointe et de donner une nouvelle impulsion à cette ligne ferroviaire dont l’intérêt public n’est plus à démontrer.

Cluses : le lifting de l’immobilisme

Tribune des élus FN dans le bulletin municipal de Cluses

L’exécutif de notre ville a changé par la force des choses, mais avec les mêmes défauts. Qu’on en juge.

La carpe et le lapin

Une fusion de listes improbable avait en 2014 empêché de justesse la victoire de la liste conduite par Dominique Martin. Cette alliance a éclaté, les amis d’hier se prétendent désormais opposants. Pour trouver une majorité, il a fallu séduire parmi l’opposition la moins solide des condamnés à jouer les faire-valoir. Au moins, les choses sont claires, les Clusiens sauront sur qui compter pour vraiment changer la ville !

Le poids de l’héritage

Malgré ce lifting, Cluses reste plombée par les choix des prédécesseurs-héritiers. Parmi de nombreux exemples, la réfection du parvis de la Mairie, pour plusieurs millions en détruisant l’arbre de la paix planté avec les Maires de Trossingen et Beaverton. Résultat ? Toujours autant de béton et des pédiluves qui n’ont pas beaucoup fonctionné.

Cluses devait être fière de projets menés par d’autres et devant nous apporter un cinéma multiplex et des divertissements. Qu’en sera-t-il ? Quand on ne dirige pas un projet, on est condamné à en subir les affres.

Ceci, noyé dans un PLU, où une accumulation de sigles abscons doit transformer Cluses en « Cœur de territoire ». Pour trouver quoi ? De moins en moins de commerces, qui se meurent, des HLM délabrés à retaper pour être de nouveau dégradés, et des logements nouveaux qui diminueront la valeur du foncier existant. Maigre PLU, dont la principale nouveauté est la hausse du nombre de logements sociaux !

Des marges de manœuvre inexistantes

Suite à la hausse du Franc suisse en 2015, les emprunts toxiques souscrits en notre nom nous menaçaient d’une catastrophe. Malgré les avertissements des élus FN, les 2 emprunts de 2,5 et 2,8 millions signés en 2007 et 2008 (en ajoutant 5,8 M€ au passage) coûteront au final 24 millions à payer jusqu’en 2041, suite à une renégociation soumise au diktat des banksters. Notons que le Franc suisse est revenu à son niveau antérieur…

Moralité, en 2017, sur 33,5 M€ de budget, l’investissement n’est plus que de 1,5M€. Et il y a visiblement des difficultés pour présenter un budget pour 2018.

Nous souhaitons bon courage aux Clusiens pour l’évolution de la Ville dans ces conditions. Comme toujours, pour notre part, nous veillerons à contrer les projets néfastes, et à soutenir ceux qui sont bons pour notre commune.

Nota : Cette tribune a été rédigée en janvier, pour le journal municipal prévu début février, et finalement paru en ce début avril.

« Parti Islam » : adieu les droits de l’Homme. Adieu l’Occident.

Communiqué de Dominique Martin, Député français FN/ENL au Parlement européen

En Belgique, Redouane Ahrouch vient de fonder le « Parti Islam » qui présentera une liste dans 14 des 19 communes bruxelloises lors des élections communales. Bruxelles sera, selon eux, « majoritairement musulmane d’ici 2030 ». Ce n’est pas un phénomène simplement local ou belge. S’agissant des réformes sociétales, la Belgique a souvent un temps d’avance sur la France[1] : de quoi gravement inquiéter les Français !

C’est ce Parti qui, de lui-même, déclare vouloir s’appuyer sur cette communauté pour « islamiser Bruxelles » et « appliquer la charia » ! Exactement ce que nous dénonçons. Ce Parti propose des transports en commun séparés pour les hommes et pour les femmes…et soutient (en autres…) qu’il est « inconcevable qu’une femme soit tête de liste ».

Adieu les droits de l’Homme. Adieu l’Occident. Adieu l’Europe.

Comme le souligne Madame Zuhal Demir[2], Secrétaire d’État pour l’Égalité des chances en Belgique : « on [ne] peut continuer à nier le signal d’alarme »[3], « le parti Islam est le sommet de l’iceberg, sa partie émergée ».

On ne peut être bienveillant face à l’islam politique, incompatible avec les valeurs de la République. L’assimilation n’a jamais été autant une priorité.

 

 

[1] France qui est déjà en partie pour la Charia… En 2016, l’Institut Montaigne a fait réaliser une étude sur l’Islam en France dont il ressortait que pour 29% des musulmans, la charia était plus importante que les lois de la République…

[2] (N-VA ), parti politique belge.

[3] http://www.lesoir.be/149912/article/2018-04-07/zuhal-demir-n-va-le-parti-islam-nest-que-la-partie-emergee-de-liceberg